Liège Marc Petitjean est scandalisé par la copie vendue comme une première mondiale par le groupe David Lloyd

"J’espère que le groupe David Lloyd (propriétaire de plus de cent salles) n’a pas sciemment fait de la publicité mensongère, ce serait catastrophique pour eux. Moi, j’ai les preuves de ce que j’avance."

Le ton est donné par Marc Petitjean, diplômé en kick-boxing, en boxe thaïlandaise (de la Fédération thaïlandaise), en boxe anglaise (Adeps) et ceinture noire de karaté !

Le Liégeois l’a mauvaise concernant son bébé, le Martial Cross (qu’il a créé en 2013 et dont le nom a été breveté en 2015, le système ne pouvant l’être), que le géant anglais revendique comme une première mondiale depuis février 2018. "Le système est basé sur de la course à pied, des abdos , de la musculation dynamique et l’enseignement des arts martiaux au sac. J’ai effectué un an de recherches, d’abord dans ma salle privée, et j’ai procédé à des tests sur des personnes aux profils divers. Du non-sportif à Jessy, mon fils, champion du monde de kick-boxing."

Courroucé, celui qui pratique depuis quarante et un ans et donne des cours depuis trois décennies l’est au plus haut point. "Le Martial Cross est un produit liégeois que nous avons créé ! Je n’attaque pas David Lloyd, je le pense victime. Je crois que quelqu’un lui a vendu cela comme une première mondiale. Quel intérêt a-t-il de risquer d’hypothéquer cent salles ? Car leur système, Blaze, est identique à notre Martial Cross. Ils ont juste changé le minutage. On est devant un plagiat : même système, autre nom."

Depuis, le Liégeois a pris contact avec un bureau d’avocats. "Le bureau Crahay va contacter David Lloyd en direct. On va lui envoyer une lettre. Étant totalement en droit, je vais même organiser une conférence de presse en Angleterre afin d’exposer la situation."

Ce passionné des arts martiaux indique aussi que dans s a salle, il n’y a "que des pros, des compétiteurs qui donnent cours".

Enfin, même s’il n’a aucune envie de rire, Marc Petitjean lance un semi-ironique "c’est une fierté d’être copié". Il dit encore : "Ils annoncent 200.000 € d’investissements pour la salle de Bruxelles, or on peut leur fournir le matériel pour 30.000 € puisque l’on forme des moniteurs et que l’on équipe des salles..."