Liège Pour Philippe Caserini, le T1 de Solières, la préparation est extrêmement importante mais devra déjà se passer de trois joueurs

Solières reprend les entraînements ce vendredi sous les ordres de Philippe Caserini. Du côté du club hutois, il n’est pas question de rigoler : la préparation, c’est du sérieux, et elle a débuté depuis bien longtemps. "Tous les joueurs ont reçu un programme d’un mois à suivre. Il est surtout basé sur l’endurance mais aussi un peu sur la force" , explique le coach.

De l’endurance… et encore de l’endurance. Pour Caserini, cela semble être essentiel. "Nous recommencerons demain avec ça car je ne veux pas que quelqu’un se claque directement. Pour celui qui a suivi le programme, la reprise sera relax. Si quelqu’un ne l’a pas fait, je le verrai directement."

Actuellement, le noyau de Solières est composé de 19 joueurs dont deux gardiens mais le mercato n’est pas terminé. "La porte est ouverte pour une arrivée", dit le mentor. Dix-neuf joueurs, ce n’est pas énorme en D2 amateurs… "On préfère avoir un plus petit noyau où tout le monde accroche plutôt qu’un groupe très large, où des joueurs finissent par abandonner."

Si Solières a un si petit noyau, c’est peut-être aussi parce que son entraîneur est exigeant. "Je veux des gars polyvalents et, avant qu’ils ne signent, je les cadenasse par la mentalité. Ils doivent savoir que ce n’est pas facile et qu’il y a beaucoup d’entraînements. Au moins, il n’y a pas de surprise pour eux", raconte le T1.

Pour ce qui est de l’objectif, il n’est pas des plus ambitieux. "Se sauver le plus tôt possible, c’est ce que je souhaite. Nous sommes un plus petit club et nous n’avons pas les mêmes moyens que certains", estime le coach, qui devra déjà se passer de trois joueurs pour la reprise puisque Samir Bourhiss, Walid Lgundy et Tom Dethier ne reviendront que le week-end.