Liège Armé d’une nouvelle raquette, le Hutois sera une des attractions du tournoi de Flémalle la semaine prochaine

La saison des interclubs touche à sa fin et les tournois d’été reprennent leurs droits. La semaine prochaine, Flémalle accueille un deux étoiles et Thibault Saive espère s’y mettre en évidence puisque c’est son club et qu’il a une petite dette envers celui-ci.

"En interclubs de D3, nous espérions sortir de la poule mais nous avons été éliminés", dit-il. "Je pense que la défaite (5-4) contre Fayenbois y est pour beaucoup et, ce jour-là, j’ai perdu en 3 h 30 face à Andy Minguet, mon ancien coach, un joueur toujours très difficile à affronter. J’ai repris l’école et je donne cours de tennis presque chaque soir. Je n’étais donc pas bien préparé pour ces interclubs et j’ai trois matches sur cinq. J’ai également été battu par Tuur Heuvinck et Jelle Dugailly, deux autres B-15.4."

Lors du dernier match, contre Mencaccini, le Hutois a testé une nouvelle raquette, qu’il a également utilisée lors des matches par équipes en France avec Sens (N4). Là, il s’est incliné de justesse face à Nicolas Renavand, qui a été 225e joueur mondial.

"Je sens que je monte en puissance", dit-il, très motivé à l’idée de reprendre. "Je n’étais pas encore prêt pour Waterloo mais, ces derniers temps, malgré mes examens, j’ai pu m’entraîner un peu plus. Mon objectif pour la saison est d’être Top 40. Pour cela, je participerai à tous les gros tournois, à l’exception des deux premières semaines de juillet où je serai en vacances. Et lorsque ce sera possible, je combinerai avec un deuxième tournoi."

Après Flémalle, on le verra ainsi à la Citadelle et à Theux. Il sera, par contre, absent au moment des championnats de Belgique.

À 21 ans , Thibault Saive a encore un bel avenir tennistique devant lui au niveau belge. Par contre, malgré le changement de réglementation, il n’envisage toujours pas de revenir sur le circuit ITF.

"Je n’ai qu’un regret : ne pas avoir pris plus d’un point ATP alors que je suis souvent passé très près. Quand je vois que des gens que j’ai affrontés en qualifications de 15.000 $ sont aujourd’hui à Roland-Garros, je me dis que tout pouvait aller très vite."