Luxembourg L’athlète de Hotton a, dès sa première course sur le sol américain, fait la nique aux coureurs locaux

À peine débarqué aux États-Unis voici quelques jours pour y vivre son rêve américain, Benjamin Huet n’a pas oublié d’emmener avec lui sa paire de baskets. Et dès sa première course en Pensylvanie, le coureur d’Hotton a fêté son arrivée à sa manière en empêchant les Américains de triompher le jour de leur fête nationale, le 4 juillet.

Dans sa catégorie à tout le moins, celle des 19-29 ans, qu’il a remportée grâce à une 8e place au scratch sur quelque 300 coureurs, sur un 4 miles, traduisez 6,4 km, en 25.18.

"Cette course était organisée pour la fête nationale, à 9 h du matin et il faisait déjà 32 degrés", avance Benjamin Huet, 29 ans, qui a traversé l’Atlantique pour rejoindre sa compagne et travailler au pays de l’oncle Sam. "J’ai rencontré ma copine à Tomorrowland", confie notre compatriote. "J’ai fait un bachelier, un master et un doctorat à Louvain-la-Neuve. Après neuf ans d’études à l’UCL, je fais ici un post-doctorat, de la recherche scientifique dans le domaine de l’ingénieurerie et de la chimie des matériaux dans une université, la Penn State University, à State College, qui est le nom de la ville. L’université compte 99.000 élèves, soit quatre fois plus que les deux sites de l’UCL combinés, Louvain et Woluwe. C’est l’une des plus grosses de l’État de Pennsylvanie."

© dr

Figure bien connue du challenge Famenne-Ardenne notamment, Benjamin Huet s’est aussi cette année classé aux environs de la 300e place aux 20 km de Bruxelles en 1h21. "J’ai réalisé mon meilleur temps il y a trois ans, en 1 h20.2", précise l’Hottonais. "Je me suis entraîné pour descendre sous la barre des 1h20, en vain, à cause des fortes chaleurs des deux dernières éditions."

Ce week-end, Benjamin Huet participera à sa 2e course, la Sue Crowe Memorial Art Festival Races. Avant même le départ, il tient déjà sa deuxième victoire. "Ma copine n’est pas très sportive à la base, mais elle sait que faire du sport est bon pour la santé. Après avoir couru ce 4 juillet, elle courra encore à mes côtés ce week-end."


Ancien volleyeur en N3

 Benjamin Huet prend aujourd’hui du plaisir baskets aux pieds mais le sport a toujours fait partie de sa vie.

“J’ai pratiqué le football, la natation, le tennis de table, le tennis, le roller et le skateboard. Et j’ai joué au volley durant neuf ans, dont 7 saisons à Marche, jusqu’en 3e nationale. Le problème du volley, c’est qu’une fois la saison finie en avril, il faut attendre septembre. Je courais l’été pour rester en forme. Quand mon papa a commencé à courir sur le Famenne-Ardenne , j’ai commencé à avoir une plus grande affinité pour la course à pied.”