Luxembourg Après le partage à Geel, les Verts sont sauvés et les dettes institutionnelles seront payées cette semaine

Les Virtonais ont vécu un week-end ensoleillé particulièrement positif. Samedi soir, les ouailles de Samuel Petit ont définitivement assuré leur maintien sportif en allant chercher un point sur la pelouse de Geel. Une unité finalement pas nécessaire puisque Hamme était battu à Châtelet. "Mais les joueurs n’étaient de toute façon pas au courant du score à Châtelet", glisse Samuel Petit. "Je leur avais dit que s’ils devaient se tenir au courant de résultats, c’était ceux d’Oosterzonen et d’Alost, parce qu’il s’agit des équipes juste au-dessus de nous. J’avais entendu qu’ils parlaient de Hamme à l’entraînement jeudi. Cela m’avait mis la puce à l’oreille. Il ne fallait pas avoir peur et je voulais que l’équipe regarde vers le haut."

Alors que le match était arrêté en seconde période à cause de chants anti-Wallons, Lazaar égalisait après un joli solo dans le grand rectangle. Un but logique, même si les Verts ont dominé sans vraiment se montrer dangereux. "Nous avons eu la possession de balle, mais de manière stérile. Nous avons manqué d’allant offensif. C’était facile à défendre pour Geel", ajoutait le mentor.

Dimanche, les joueurs ont appris en fin d’après-midi qu’ils allaient enfin être payés. Le club va même payer toutes ses dettes institutionnelles pour être en ordre avant de passer devant la CBAS pour défendre sa licence. S’engage désormais une véritable course contre la montre. "Pour obtenir toutes les attestations nécessaires auprès des différentes administrations afin d’avoir un dossier complet à présenter", précise Xavier Maka, porte-parole des Gaumais. 

Le dirigeant virtonais préfère toutefois se montrer discret sur l’arrivée de ces fonds providentiels. "On veut rester discret pour le reste afin de continuer dans la sérénité. Je n’en dirai pas plus. Je veux rester prudent."

Il semblerait toutefois que cet argent ne provienne pas des investisseurs dont on parle depuis plusieurs semaines.