Luxembourg Après les montées conjointes de Bérismenil et de Vecmont via le tour final, il y avait trop d’équipes en 2C

Mardi soir, les clubs de la province étaient réunis à Libramont pour débattre de sujets importants. À l’ordre du jour, on retrouvait principalement les projets de séries pour la saison 2018-2019.

Au niveau des clubs de P2, il n’y a que Tenneville qui ne soit pas content du sort qui lui a été réservé. Après les montées conjointes de Bérismenil et de Vecmont via le tour final, il y avait trop d’équipes en 2C, et Tenneville a été versé en 2B. "On se demande pourquoi, chaque année, nous sommes balancés de B en C ou de C en B", a expliqué Marc Leemans, le représentant des Tennevillois. Parce que vous êtes à la frontière, lui a laconiquement répondu le président du CP, Daniel Muller. Si on trace une ligne horizontale sur la carte, on voit que Bastogne et Vaux-Noville sont plus bas."

Tenneville propose que Bastogne aille en 2B, pourquoi pas accompagné par son voisin Vaux-Noville. Myriam Gueubel, la CQ du Léo, a bien fait savoir que son club préférait la 2C. Marc Leemans a enchaîné avec d’autres arguments. "Quand les gens de Bastogne iront jouer à Aye, Waha-Marche, Melreux-Hotton ou même Vecmont, ils passeront par Tenneville alors qu’ils ne jouent pas contre Tenneville. La saison dernière, Bastogne préférait jouer en B pour rencontrer Mageret et Sibret. Maintenant que ces deux voisins sont descendus, Bastogne préfère aller vers le nord. Nous, en allant en 2B, nous perdons Bérismenil et Vecmont. Pourquoi est-ce que c’est toujours Tenneville qui paie ?" Le CP devra trancher.

Au niveau des P3, deux clubs ont fait part de leur mécontentement : Witry et Sainte-Ode. Witry aimerait passer de la P3B à la P3C. "Nous avons déjà été versés en A, B, C, D et F, a expliqué le président, Philippe Flamant. Quand il faut boucher un trou, c’est toujours Witry."

Cette demande pourrait facilement être acceptée par le CP car la 3B est la seule série qui compte 14 équipes. Elle pourrait passer à 13 sans problème. Pour la demande formulée par Sainte-Ode, ce sera plus compliqué. "Dans notre série, il y a six équipes B, a compté le président, Arnaud Coenen. Ces équipes ne sont pas très suivies. C’est une catastrophe pour les buvettes, et nous avons bien besoin de ça."