Luxembourg Ce dimanche a lieu l’incontournable Descente de la Lesse, manche du challenge Delhalle entre Houyet et Dinant

Ce dimanche se tient la 38e édition de la célèbre Descente de la Lesse, une course nature au parcours unique longeant le cours d’eau de Houyet à Dinant.

Pour certains coureurs, la descente de la Lesse, c’est la course à ne pas manquer; comme c’est le cas pour Florian Howet, membre de l’ARCH, le club d’athlétisme organisant cette compétition. "C’est une course importante dans mon calendrier même si je me consacre principalement à la piste en été. Évidemment, ce n’est pas mon objectif principal, mais, cette année, alors que je vais participer pour la première fois à la grande distance (NdlR : 21 km) , je vais tenter d’accrocher un Top 10", explique le double vainqueur de la petite distance.

D’autant que le parcours des 20,7 km est très exigeant. "J’ai fait de longues sorties pour m’y préparer, mais c’est vrai que c’est très vallonné; il est difficile et cela ressemble fort à une course nature. Il n’y a que la fin qui est plus roulante", poursuit-il.

S’il a remporté deux fois la petite distance, la longue épreuve est, quant à elle, plus exigeante mais aussi plus prisée. "La concurrence sera rude, entre Michael Brandenbourg, mon équipier qui est spécialiste, Nicolas Navet, le leader du challenge Delhalle, Lander Van Droogenbroeck, une habituée, ou encore Cédric Ramaekers et Thibaut Marmignon, cela va être dur d’atteindre les accessits."

Malgré son engagement sur la piste, Florian a préparé cette épreuve comme il se doit car il choisit ses courses avec parcimonie. "Pour moi, chacun fait ce qu’il veut, mais je préfère choisir mes courses et me préparer de manière correcte pour arriver dans la meilleure de ma forme à chaque épreuve. Je trouve que l’on met trop en avant des coureurs courant énormément tous les week-ends alors que ce n’est pas l’exemple à suivre. S’ils voulaient vraiment se faire connaître, qu’ils fassent des chronos exemplaires plutôt que d’enchaîner les victoires sur des courses minimes", conclut-il.