Luxembourg L’entraîneur Mathieu Fivet évoque le départ du président Frédéric Lamotte au BCCA Neufchâteau

Descendante de Top Division Men 1, l’équipe chestrolaise aspire jouer un rôle en vue un échelon plus bas. La saison 2018-2019 sera particulière. En poste depuis juin 2010, Frédéric Lamotte devrait quitter le club et être le nouveau chairman de… l’Excelsior Virton. "Tout le monde est important mais personne n’est indispensable", philosophe le coach.

Mathieu Fivet, la descente fut-elle facile à digérer ?

"Oui. Le passage en TDM 1 fut de courte durée - une saison - mais, sans aucune pression sur les épaules, s’avéra chouette. Malgré des résultats négatifs et tellement peu de succès - 7 en 26 journées -, il n’y eut jamais la moindre prise de tête. C’est çà l’esprit chestrolais."

Quel sera l’objectif majeur en TDM 2 ?

"On reprend les entraînements mardi 31 juillet. Au programme 4 matches de coupe et 2 amicaux pour être prêts pour début septembre. Seuls Hulsen et Chapelle sont partis. On a recruté Marganne - une espèce de mix entre Billot et Piette - qui est un 4,5 dans le jargon du basket. C’est une connaissance de mon adjoint, Frédéric Van Ingelgom. Son club (Ste-Walburge) n’a pas réussi à assurer le maintien en TDM2 : il entendait relever un nouveau défi. Le souhait légitime sera de bagarrer pour être dans le Top 3 , Top 5 ."

Vous vous apprêtez à entamer une septième campagne consécutive : avez-vous hésité à rempiler ?

"Je n’en ferai pas 33 comme mon père (Jean-Marie) mais, dans l’absolu, la question d’arrêter les frais ne s’est jamais vraiment posée. Je rempile."

Vous poursuivez au moment où le président Frédéric Lamotte devrait quitter le BCCA pour être nommé président de l’Excelsior Virton. Quel est votre sentiment ?

"Je ne me suis pas encore trop inquiété par rapport à ce départ. Guy Maréchal, ancien président, à l’instar de mon père, avait remis son tablier après d’innombrables années. C’est comme çà. Je dis toujours : tout le monde est important mais personne n’est indispensable."

Êtes-vous un rien inquiet quant à l’avenir ?

"Frédéric n’a pas caché les choses. Il a assuré qu’il donnerait un coup de main jusqu’à fin août, au moment de rendre sa démission. Oui, c’est vrai, son départ est un coup dur. D’un autre côté, le club s’est déjà relevé - les départs de Maréchal et de Fivet père. Je suppose qu’il en ira de même. Le BCCA n’est pas un club professionnel…"