Luxembourg Le jeune Houffalois, désormais pompier dans le privé, a brillé lors du rendez-vous de Varèse

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouveau statut de Rémi Cara lui va plutôt bien. Depuis que l’Houffalois s’est engagé sur le plan professionnel en tant que pompier professionnel et qu’il a donc mis de côté ses rêves de coureur cycliste chez les pros, il se fait plaisir toutes les semaines.

Tantôt sur la route avec le titre provincial à Bleid, tantôt sur son VTT où il est devenu champion de Belgique chez les amateurs. Mais lorsque l’on est un compétiteur dans l’âme, on aime se fixer de gros objectifs.

Et le Mondial sur route pour amateurs à Varèse était l’objectif principal de sa deuxième partie de saison dans une ville qui avait déjà accueilli les mondiaux professionnels en 2008.

Après une expérience mi-figue, mi-raison lors du contre-la-montre, Rémi abordait cette course sur route avec ambition. D’autant que le tracé lui convenait plutôt bien.

"C’était un parcours de 135 km qui présentait pas mal de relief et notamment un col qui arrivait assez rapidement dans la course", explique ce dernier. "Il ne fallait pas rater le bon wagon et je me suis accroché pour rester au contact des meilleurs grimpeurs du peloton. On s’est finalement isolé à une trentaine devant et le reste du peloton ne nous a plus jamais revus."

Au fil de kilomètre, ce groupe s’est effiloché par l’arrière. Et finalement, c’est à une bonne vingtaine qu’ils se sont présentés au pied de la dernière difficulté du parcours synonyme d’arrivée.

"J’étais encore avec eux aux 300 m de la ligne et j’ai produit mon effort pour remonter les coureurs devant moi un à un et finalement, aller chercher cette 3e place, synonyme de médaille de bronze."

Sur le podium, Rémi Cara n’était pas le seul à arborer le maillot de l’équipe nationale belge puisque Niels Merckx prenait la deuxième place alors que l’on retrouvait l’italien, Elettrico, sur la plus haute marche. Une expérience que notre Houffalois n’est en tout cas pas près d’oublier.