Luxembourg Président du club récemment fusionné, l’Athusien Olivier Lambert évoque les perspectives d’avenir

Pour continuer à perpétuer la pratique du volley dans le sud de la province, Athus et Messancy ont choisi de s’unir. Une sage décision. L’idée est aussi de se faire connaître sur Arlon orphelin d’un club depuis d’innombrables années.

Olivier Lambert, le mariage est officiel depuis le mois de mai…

"En effet. Mais, dans les faits, le regroupement était déjà effectif l’année dernière. On a officialisé l’union. Les comités s’entendent bien."

Pourquoi s’unir ?

"L’idée est de maintenir et/ou de faire découvrir le volley sur l’axe Athus-Messancy-Arlon. Ayons l’ambition d’attirer des jeunes. D’un autre côté, il manquait une section féminine à Athus et la situation, pour les messieurs, était compliquée à Messancy qui se réjouit de bénéficier de l’expérience du VC Athus. S’unir arrangeait les deux parties."

Qui fait quoi dans les coulisses ?

"Je préside l’Evcam. Frédéric Gobert (Messancy) est secrétaire, mon frère Eric (Athus) trésorier et Bruno Di Bartoloméo membre du comité. On recense cinq équipes, trois côté féminin (P1, P2, P3) et deux côté masculin (N2, P1). Une section volley-loisirs voit le jour et participe à un championnat (12 clubs, match le jeudi) réparti entre la région province Lux et le nord de la France. C’est bien."

Où joueront-elles ?

"Les entraînements auront lieu au Lac (Messancy), au Joli-Bois (Athus) et à l’Hydrion (Arlon). Nous attendons la divulgation des calendriers. Toutefois, la demande a été faite de voir les cinq (équipes) jouer de concert le samedi. Elles se produiront à la salle de l’Hydrion, ce qui offrira une chouette visibilité. Il n’y a plus aucun club de volley dans le chef-lieu."

Sportivement, les ambitions sont-elles élevées ?

"La Nationale 2 messieurs sera entraînée par Eric Wolfer (52 ans, ancien international français) avec le souhait d’assurer le maintien. La P1 féminine dirigée par Julien Schlim aspire à rejoindre l’échelon national (AIF III) d’ici à 2-3 ans."