Mons Troisième renfort pour les promus, qui ne s’arrêteront pas là

Avec l’accord trouvé entre la direction boraine et Maxime Vandermeulen, le portier de Couvin-Mariembourg, on n’avait pas forcément vu clair dans les plans de la direction. Avec la signature d’Adrien Leclercq qui suit celle de Verstraeten, c’est beaucoup plus limpide : la boraine touch est de retour. "J’aurais du mal à m’exprimer sur la question parce que je ne connais pas assez bien comment fonctionne le club", explique Adrien Leclercq. "Maintenant, c’est vrai que les supporters peuvent s’identifier plus facilement à des gars de la région. Sans manquer de respect aux autres joueurs du noyau."

Leclercq, ce sont de très bons moments passés au stade Vedette avant un exode forcé. "Je suis parti au moment de la faillite en D2 . J’ai alors évolué pour La Louvière-Centre et pour Ath avant de rejoindre Luigi Nasca à Rebecq."

Luigi Nasca qu’il ne suivra finalement pas à Mons, même si c’était une possibilité envisageable. "Parce que cela s’est assez mal terminé à Rebecq et que je voulais rejouer dans ma région. Et dans ce cas, il n’y a pas cinquante possibilités. Est-ce que j’ai hésité quand il a signé à Mons ? Non, parce que mon choix était déjà fait et que j’avais déjà opté pour le RFB."

Un RFB qu’il accompagnera donc en D2 amateurs. "C’est toujours mieux d’évoluer en D2 , mais le club n’avait pas atteint son objectif, ça n’aurait pas influencé mon choix. Le RFB, c’est mon club de cœur."

Ayant raté cinq matches de suite pour suspension, le joueur de 31 ans tire un bilan mitigé de sa dernière saison. Mais il est très motivé à l’idée de retrouver le plaisir dans son jardin.