Mons

Le Boussoutois espère se relancer à Pâturages

Même si le garçon essaie de positiver et dédramatise, on ne peut s’empêcher de regretter la façon dont la belle histoire s’est achevée. Quand bien même ça fait partie du foot. Après 17 ans passés au stade Robert Urbain, Giovanni Ficarra a vidé son casier et pris congé des Francs Borains, le seul club qu’il ait jamais connu depuis qu’il a commencé le foot, à l’âge de cinq ans.

"Je n’ai pas beaucoup joué l’année passée mais à chaque fois qu’on a fait appel à moi, je pense avoir répondu présent. Et puis, la saison s’est bien terminée puisque nous avons pu accrocher la montée. Je ne pense pas être parti par la petite porte, et je remercie les Francs Borains."

Ses contacts privilégiés avec certains dans le groupe lui ont permis de rester concerné.

"Via mon cousin Lorenzo Lai ou encore Rachid El Barkaoui qui m’ont toujours encouragé. Après, c’est plus compliqué de s’entraîner la semaine quand on sait qu’on ne fera pas appel à vous le week-end. Mais le coach a fait ses choix et il a eu raison vu qu’au final, le club est monté."

L’avenir fut incertain pendant quelques semaines mais finalement, c’est à Pâturages que le médian défensif va évoluer l’an prochain.

"J’avais eu des contacts en D3 amateurs et en P1 mais rien de concret. Pâturages m’a alors contacté et je n’ai pas hésité longtemps. C’est un bon club, pas loin de chez moi et j’ai trouvé le discours de Karim Mariage et du coach convaincant. Et puis, je connais bien Alex Gallo, j’ai évolué avec Lagneaux, De Stefano et Splingard aux Francs Borains et Chimienti fait partie de ma famille."

Bref, le Boussutois arrivera en terrain connu mais pas conquis.

"On va essayer de faire mieux que l’an passé. J’avais joué contre cette équipe en début de saison et il y avait de la qualité. Je ne sais pas ce qui s’est passé. J’ai envie de me relancer mais je ne veux pas trop me projeter parce qu’on retombe vite tout en bas."