Namur Gembloux a changé toute son équipe alors que Natoye va découvrir la R1

Les points d’interrogation sont nombreux au moment d’aborder ce premier derby de la saison. Les Couteliers ont renouvelé complètement leur effectif. Des valeurs sûres de la saison dernière, il ne reste que Goffaux. Le coach Bruno Rowet a donc dû découvrir dix nouveaux joueurs, venus de huit clubs différents.

"Raison pour laquelle j’ai préféré organiser des matches amicaux plutôt que disputer la Coupe AWBB", signale-t-il. "Cela m’a permis d’y aller crescendo dans la difficulté. Les enseignements que je peux tirer sont plutôt positifs. À la distribution, je dispose de deux profils complémentaires. De Montis est un organisateur alors que Seki Kandi est plus dans la percussion. Il me manque peut-être un véritable point de fixation dans la raquette mais sinon, tous les postes sont doublés. La saison dernière, je disposais de bien moins de rotations. Nous serons donc susceptibles de garder la même intensité pendant quarante minutes."

Natoye , de son côté, vient d’être promu en R1 et a quelque peu modifié son noyau. Van Den Eynde et Bertholet ne sont plus là et si Stienon a débarqué d’Erpent, le secteur intérieur est moins costaud que l’an dernier. "Si je dois pointer un point négatif, c’est notre manque de présence au rebond", signale le coach Thomas Depouhon, qui joue par ailleurs à Belgrade en D3. "Nous devons également éviter de confondre vitesse et précipitation. Notre déchet offensif est encore trop important."

Avec Masson, Beuken, Gilles, Georges, Davin et Targez, les Condruziens misent beaucoup sur les jeunes formés au club. Le maintien dépendra de leur capacité à s’adapter au premier échelon régional. Les cadres devront tirer le groupe vers le haut. Malheureusement, Gilet et Bocquet sont pour l’instant sur le flanc.