Namur Spy va sans doute jouer sa saison en déplacement à Solre, avant-dernier

À nouveau, Spy ne respire pas la forme en ce moment. Les Écureuils sortent de deux défaites face à Couvin-Mariembourg (3-0) et Quévy-Mons (1-3). "C’est un peu dommage que les erreurs qu’on faisait en début de saison refont surface", regrette le capitaine de Spy Jeffry Marchal. "On fait des petites erreurs défensives et offensivement, on ne met pas le ballon au fond quand il faut le mettre. Or, contre Mons, on a eu les occasions."

Résultat, Spy (14e-22 points) se retrouve à quatre unités du barragiste qui est le Léopold, à trois matches de la fin du championnat. Inutile de faire un dessin sur l’importance du déplacement de ce dimanche à Solre (15e-17 points). "C’est totalement le match de la dernière chance. Après, il nous restera à affronter la RAAL (NdlR : leader de la série) contre qui on ne se fait pas trop d’illusions, puis Ganshoren. Si on ne prend pas 6 points contre Solre et Ganshoren, c’est terminé."

Inévitablement, la pression sera là. "On a des joueurs d’expérience comme La Matina et Lema, ce ne sont plus des gars de 20 ans. Ils arrivent à porter le groupe quand cela va moins bien."

La période actuelle des transferts a peut-être une influence sur le rendement de l’équipe. "Concernant ceux qui quitteront le club en fin de saison ? Personnellement, je sais que je partirai, mais j’ai signé à Spy pour un an et je me donnerai jusqu’à la fin de cette année. Ce n’est pas parce que je pars que je n’en ai plus rien à faire."

En effet , notre interlocuteur défendra les couleurs du nouveau club fusionné UR Namur-Fosses la saison prochaine. "J’ai vu les dirigeants de Spy, et ils souhaitaient me diminuer par rapport à cette année. Cela fait quatre ans que je suis là, je suis capitaine, je pense avoir fait mes preuves pour évoluer en D3. En outre, je ne suis pas parti quand le club est descendu en P2. On est remonté en P1, puis en D3, pour finalement entendre cela. J’ai vraiment été déçu."

Le boss de Fosses Christophe Graulus a su trouver les arguments pour l’attirer. "Le projet m’a plu, il y a de l’ambition et l’équipe a l’air de tenir la route. Même si Namur-Fosses joue en P1, je viendrai quand même." Avant cela, reste à éviter la P1… pour Spy.

Gaëtan Istat