Sport régional

Le comité n’a pas apprécié la façon dont certains joueurs ont annoncé leur départ


Si Fabian Bruwier, le président mosan, réussit à avoir plus de détachement par rapport aux envies de départ annoncées par voie de presse, par Grégory Perséo et Miguel Parreira, Alain Finet a plus de mal à contenir sa colère.

"La victoire est là (4-2), mais je suis toujours fâché, déclare le directeur sportif. Je ne peux admettre ce type d’attitude, à savoir d’annoncer dans les journaux son désir de partir. D’autant moins à la veille d’un match important pour la fin de notre saison ! Dans quel état d’esprit l’équipe allait-elle aborder une telle partie ?"

"Nous sommes leur employeur", reprend Fabian Bruwier, président d’un matricule géré en bons pères de famille. "On ne leur doit pas un centime et on les met dans les meilleures conditions possibles. On est limite trop gentils. J’aurais aimé que l’ordre des choses soit respecté. C’est une question de savoir-vivre qui se perd ! Or, moi, je veux que mon club soit éduqué."

Les faits sont là et les deux Richellois ont participé à la victoire face à Habay. Si aucune décision n’est prise quant à l’avenir du duo pour cette fin de saison, Alain Finet évoque un souvenir : "Aucune décision ou sanction n’a encore été prise. Il ne s’agit pas d’une première chez nous. Ainsi, lorsque l’on était montés de P1 en promotion, on s’était séparés de Busarello et de Mulkin, qui avaient marqué leur accord ailleurs !"

La décision, dimanche soir, de prolonger Benoît Waucomont confirme les départs du duo incriminé. Richelle conserve ainsi sa ligne de conduite de club familial non désireux de grandes révolutions. "Nous avions eu une réunion avec Benoît il y a une quinzaine de jours et il avait été décidé de se revoir après Givry et Habay. Même si la volonté de poursuivre ensemble était déjà là", rappelle Alain Finet. "Lorsque l’on regarde le classement général, on ne compte que deux points de moins que la saison dernière..."

Le directeur sportif se veut positif : "On va avancer, on a déjà des contacts avec des joueurs. Certains s’en vont ? On aura peut-être plus fort !"