Tournai-Ath-Mouscron Vainqueurs de Grez-Doiceau, les Tournaisiens sont champions de D2

En prenant la mesure des Turtles de Grez-Doiceau (12-0), les Phoenix de Tournai s’offrent donc une finale dans le cadre de l’accession à la D1. Champions de D2, les Tournaisiens joueront le 10 juin face à Waterloo ou Charleroi. Ce sera peut-être à Tournai. "Nous ne le savons pas encore mais nous sommes déjà en train d’entamer les démarches pour pouvoir accueillir cette rencontre", signale Frank Fievet, président du club.

Face à Grez-Doiceau, tout s’est joué en deuxième mi-temps. À la pause, le score n’avait pas encore évolué. "Ce match aura été assez serré. Au final, nous nous imposons 12-0, ce qui correspond à un 2-0 en football, précise Frank Fievet . Nous avons joué par une forte chaleur. Et alors que l’équipe en face était composée de vingt éléments, nous étions une trentaine, ce qui est toujours plus facile pour les rotations."

Encore une fois, les Phoenix ont pu tabler sur un savant mélange entre expérience et jeunesse . "Nos joueurs expérimentés ont apporté leurs connaissances et leur soif de vaincre à nos jeunes. Ces derniers ont vraiment bien presté, surtout en deuxième période, à l’image de notre quater back, Jules Keunebrock, 16 ans, à la distribution. Il possède un beau gabarit. Je peux en citer d’autres, comme Aril Rwantambara. Ces jeunes pratiquent souvent une autre discipline en plus du football américain. Ce sont de grands sportifs. Pour le reste, les coaches étaient contents de la prestation d’ensemble. "

Les Phœnix connaîtront leur adversaire le week-end prochain puisque Charleroi et Waterloo s’affronteront une semaine avant le barrage final. "Charleroi n’est pas une équipe inconnue pour nous. Les Carolos n’ont pas un noyau forcément très étoffé, mais les joueurs se connaissent bien et c’est un atout, souligne le président des Phœnix. Quant à Waterloo, nous avions rencontré cette équipe il y a deux ans en barrage. Nous la connaissons moins, mais c’est une équipe de D1 et il faudra donc combler sur le terrain cette différence de niveau entre notre adversaire et nous. En tout cas, nous jouerons notre chance à fond. "