Tournai-Ath-Mouscron Arrivé de la réserve de l’Union, l’Enghiennois a mis du temps à prendre ses marques à la Real

À la Real, on a tendance à recruter des jeunes joueurs qui n’ont pas su percer dans des clubs plus huppés. Cela a été le cas, notamment, l’été dernier, de Simon Franquin. "La saison dernière, je m’entraînais avec l’équipe première de l’Union SG mais le week-end je faisais les matchs avec la réserve", explique-t-il.

L’Enghiennois avait envie d’un challenge, de pouvoir disputer des rencontres avec une équipe première. C’est là que le projet de la Real lui est tombé entre les mains. "Je dois reconnaître qu’en première partie de saison, j’ai rencontré quelques difficultés à m’adapter à ce niveau", poursuit-il. "Même si je m’entraînais avec le noyau A à l’Union, les matchs, c’était tout autre chose."

Sa cheville récalcitrante ne l’a pas aidé à être plus performant lors du premier tour. "J’ai été freiné à trois reprises. Pendant huit semaines, je n’ai pas pu jouer. Maintenant, ma cheville tient, je ne ressens plus rien."

Et surtout, il semble avoir la confiance du nouveau coach Gregory Vandenbulcke. "C’est vrai que depuis je joue beaucoup. J’ai marqué contre l’Olympic et j’ai donné deux assists dont le dernier à Meux. Si je devais faire le bilan de ma saison, je dirais tout de même qu’il est assez positif. Mais je compte encore évoluer."

Simon a pu se rendre compte qu’il y avait encore quelques points à améliorer dans son jeu. "Je pense notamment aux duels aériens. Je suis peut-être encore un peu trop tendre. Et puis, je dois être plus percutant face aux défenses adverses afin de pouvoir améliorer mes statistiques."

Le tout, en poursuivant ses études d’éducation physique à Bruxelles. "Ce n’est pas toujours évident de jongler avec les deux mais je fais de mon mieux. Je n’hésite pas à faire quelques sacrifices pour réussir des deux côtés."


"Je serai encore à la Real l’an prochain"

Même s’il n’a pas encore discuté avec Denis Dehaene, le manager de la Real, Simon Franquin est persuadé qu’il sera toujours à Deux-Acren la saison prochaine. "C’est ma volonté et j’ai cru comprendre que c’était aussi celle du club", raconte-t-il.

Si plusieurs joueurs ont déjà annoncé leur départ, comme Alexandre Teirlinckx ou encore Florimond Smars, Simon Franquin ne s’attend pas à un grand exode cet été. "Je pense qu’il y aura encore effectivement l’un ou l’autre départ mais je ne pense pas que le club devra changer toute une équipe, contrairement aux autres années. Et je suis persuadé aussi que le club va faire venir pas mal de renforts. Je pense que l’on aura un très bon groupe dès la reprise pour faire quelque chose de mieux que ce que nous avons fait cette saison."