Tournai-Ath-Mouscron Damien Rastoll compte passer un cap en rejoignant la Flandre et Winkel

Plusieurs joueurs de la Real ont annoncé leur départ d’Acren. C’est le cas de Gautier Varez (Menin), de Damien Rastoll (Winkel), de Florimond Smars (Overijse) et d’Alexandre Teirlinckx (Londerzeel). Que des clubs de l’autre côté de la frontière linguistique! Les points communs se multiplient lorsque l’on évoque les deux premiers. Ce sont deux Français et ils ont le même conseiller. Ce n’est pas pour rien qu’on les retrouve donc plus proches de la frontière linguistique alors que les deux autres se sont rapprochés de la capitale.

Damien Rastoll explique les raisons de son départ. "Je savais via mon conseiller que Winkel cherchait à se renforcer dans son milieu de terrain", explique le Français. "Ils sont venus me voir plusieurs fois, dont lors de mon doublé face à La Calamine. Ils m’ont présenté leur projet, leur club qui était plus structuré que la Real. J’ai été tenté."

Winkel est un club ambitieux de D2 amateur. "Il joue d’ailleurs ce week-end le tour final. Ils veulent faire un bon groupe pour jouer la tête de la D2 la saison prochaine ou alors vivre une saison tranquille en D1. Après une première saison en Belgique, je voulais franchir un palier."

Cette première saison n’a pas été sans mal. "Il y a eu quelques rebondissements avec notamment le changement de coach. J’ai mis du temps à m’adapter au foot chez vous mais ensuite j’ai bien pris mes marques. Du coup, je prolonge en Belgique. On dit qu’en Flandre, le foot est plus rugueux ? Vous avez pu le voir cette saison que j’aimais assez bien les duels." (rires)

Damien Rastoll quitte Acren avec le sentiment du devoir accompli. "J’ai prévenu rapidement Denis Dehaene car je voulais être réglo avec lui. Je pars pour une meilleure structure. Ici à Acren, toutes les personnes travaillent avec de la bonne volonté et font le maximum pour les joueurs. Mais sur certains points, le club doit encore se développer. J’aurais pu attendre les nouvelles installations mais à 25 ans, je n’ai pas vraiment le temps…"