Tournai-Ath-Mouscron Cette septième édition a été remportée par Benoît Goethals

La septième édition de la Trolls x’trem run aura constitué un grand cru. Certains des 3.500 participants étaient là pour le fun. D’autres y ont ajouté la performance.

Ainsi, Benoît Goethals (AC Break) a remporté l’épreuve pour la quatrième fois en cinq participations, dans un temps de 1h12:49. Le vainqueur a malgré tout eu le temps d’apprécier le parcours de 16 km. "La Trolls x’trem run reste une très belle épreuve, avec une organisation au top, qui amène chaque année un certain renouvellement au niveau du parcours, tant pour diminuer les files que pour nous surprendre avec de nouveaux obstacles plus techniques, comme les barres à la sortie de la carrière", ex p lique-t-il. "Le tout en conservant ce qui fait le charme et la beauté de l’épreuve, comme la mer de Sable au départ, la traversée du bois avec la vigilance que cela engendre pour trouver son chemin avec les tournants, la difficulté de la carrière et les chouettes passages du côté du canal. L’organisation utilise bien le site pour nous le faire découvrir sous toutes ses coutures. Et quand on sait que les bénéfices vont à l’entretien du site et à des associations, on ne peut que tirer son chapeau. "

Plusieurs trigétistes étaient au départ, dont le jeune Antonin Hostens, brillant huitième. "J’ai surtout apprécié les épreuves le long du canal", dit-il.

De son côté, Robin Sottiau n’a pas forcé. "Il s’agissait de ma sixième participation. J’ai raté uniquement celle de l’an dernier, mais j’avais une bonne excuse. J’étais en voyage de noces. Sinon, j’éprouve toujours autant de plaisir et de surprise à disputer cette course où les organisateurs ne cessent de penser aux participants en ajoutant des nouveaux obstacles. J’ai eu un petit accident en mai dernier sur un swimrun : une hypoglycémie sévère qui a engendré une insuffisance rénale grave et des dialyses. J’ai dû déclarer forfait pour les Mondiaux d’aquathlon mi-juillet. C’était donc ma première course officielle depuis, sans préparation. Et le Top 50 est donc une belle surprise pour moi."

Autre régional de l’étape, Pascal Leleux a accompli le parcours seul, en moins de 2 h 30. "Une superbe expérience dans un cadre exceptionnel", souligne-t-il. "C’était une première pour moi. À refaire sans hésiter. Il y avait quelques obstacles impressionnants. Le lendemain, j’avais mal partout mais ça n’est pas grave."