Tournai-Ath-Mouscron Tournai reçoit le RFB ce samedi mais semble avoir remisé au placard ses derniers espoirs de lauriers

Jusqu’il y a quinze jours, le RFC Tournai faisait figure d’outsider dans cette D3 amateurs. Le titre semblait devoir se jouer entre les Francs Borains et La Louvière mais les pensionnaires du stade Luc Varenne restaient en embuscade, prêts à profiter du moindre faux pas des leaders.

Mais aujourd’hui, cette étiquette d’outsider semble s’être effacée. Et Tournai semble être plus un arbitre dans la course au titre qu’un candidat. Surtout après leur 1/6 réalisé lors de leurs dernières sorties et qui les a, définitivement exclu de la course au titre.

"Nous ne devons pas parler de titre", expliquait d’ailleurs Carl Deviaene au soir de la défaite des siens 2-0 à Onhaye. "Nous devons d’abord nous assurer une place dans le tour final."

À trois journées de la fin du championnat, les Tournaisiens accusent un retard de six points sur le leader louviérois. Cela semble quasiment impossible à résorber. D’autant qu’ils en ont également cinq sur les Francs Borains, leur prochain adversaire.

Troisième du classement général, le RFCT (54 points) est menacé par Couvin-Mariembourg (51 points) et, dans une moindre mesure, Wavre (48 points). Les deux premières tranches ont été remportées par La Louvière. Ce qui voudrait dire que si le classement reste de la sorte, Tournai héritera du précieux sésame pour le tour final.

Mais il n’a pas le droit à beaucoup d’erreurs. Or, le calendrier du RFC Tournai n’est pas des plus aisés avec la réception de l’actuel dauphin Francs Borains puis un déplacement à Manage (neuvième) et la venue de Binche (septième), soit le pire calendrier des équipes du top.

Tournai devra presque s’assurer de réaliser un six sur neuf pour valider une qualification pour le tour final.

Mais voilà, depuis le début de la saison, les Tournaisiens ont démontré qu’ils avaient des difficultés à gérer leurs émotions et la pression. Souvent la jeunesse du groupe a été pointée du doigt pour expliquer le fléchissement mental par moments. Mais Carl Deviaene et la direction du RFCT accepteront difficilement que les joueurs s’écroulent dans la dernière ligne droite.

Surtout que des investisseurs sont annoncés. Et si le club, avec les dirigeants locaux, veut que la politique actuelle perdure, c’est-à-dire la mise en avant des jeunes joueurs tournaisiens, il faut des résultats.

Les joueurs savent ce qui les attend à commencer par ce samedi.

Thomas Van den Bril