Sport régional Salvatore Curaba fait le point après une tranche riche en satisfactions pour sa Raal.

Très exactement 105 jours après le tout premier entraînement de leur histoire et de la saison et ce, en présence d’une bonne vingtaine de supporters, les Loups ont déjà (re) cueilli ce dimanche le premier fruit de cette incroyable osmose. Celle qui comble d’aise le géniteur de la nouvelle RAAL, Salvatore Curaba.


24 sur 30, une tranche toujours bonne à prendre et un leadership, espériez-vous pareille réussite dans d’aussi brefs délais ?

"Pouvoir jouer le haut du tableau, j’en étais persuadé mais ce qu’il nous arrive après dix matchs n’est que du bonheur et m’émeut vraiment. Je perçois non seulement énormément d’énergie positive dans l’air mais aussi de la sérénité que l’on ne trouve nulle part ailleurs et qui finira par faire la différence dans la durée. Le tout avec en toile de fond une histoire d’amour (sic) faite d’un tissu de relations fortes dont les résultats ne sont en fait que la conséquence de cette belle idylle collective. En résumé, la Raal fait du bien à tout le monde…"


Entre un casting parfaitement réussi et un brevet d’invincibilité toujours intact, que préférez-vous ?

"Au-delà du casting, c’est la complicité et la qualité que nous avons voulu mettre en place dans toutes les structures du club qui me réjouissent le plus. Personne venu de l’extérieur ne pourrait imaginer que nous n’existons que depuis peu. Quant au brevet d’invincibilité, cela m’est égal. Nous serons (peut-être) battus un jour ou l’autre, mais là ne réside pas le plus important…"


L’échantillon est déjà tellement représentatif qu’une montée en D2 Amateurs constitue presque une obligation…

"Nous n’allons pas nous mettre une pression inutile même si notre position s’y prête. Je privilégie autant la manière que le résultat mais si les astres devaient nous être favorables, j’en serais ravi évidemment…"


Que pensez-vous de l’engouement populaire ?

"Par rapport aux autres, nous devrions être satisfaits mais ce n’est pas encore suffisant en fonction du potentiel, surtout quand je compare avec le Beerschot et le RWDM. Le second tour sera révélateur à ce sujet. Et qui dit public nombreux dit sponsors et tout ce qui va avec. Quant à nos supporters envers qui je prône le dialogue, je suis globalement content. On souffre toujours d’une réputation liée au passé…"


Et quid d’un nouveau stade ?

"Ce serait de l’amateurisme que de ne pas y songer. À défaut, on rénoverait le Tivoli en profondeur. Des contacts sont pris mais le processus est long. Je suis un impatient de nature et continuerai donc à me battre…"