Tennis

Ruben Bemelmans (ATP 104) entre en lice à Wimbledon, ce lundi, après s'être une nouvelle fois extirpé avec brio des qualifications. 

Après Yanina Wickmayer, le Limbourgeois, 30 ans, affrontera sur le court n°15, en troisième match, l'Américain Steve Johnson (ATP 42), 28 ans, vainqueur cette année du tournoi ATP 250 sur terre battue de Houston, le troisième titre de sa carrière.

"Je suis très content de figurer à nouveau dans le tableau final ici. Wimbledon, c'est clairement mon tournoi du Grand Chelem préféré, un endroit magique", a confié le gaucher de Genk, qui avait réussi à se hisser jusqu'au troisième tour l'an dernier, avant de s'incliner contre le Sud-Africain Kevin Anderson. "Je me sens toujours bien sur le gazon. C'est une surface qui convient parfaitement à mon jeu agressif, et je sais que je peux y réaliser de belles choses...."

Il s'agira de la deuxième confrontation entre Ruben Bemelmans et Steve Johnson. Les deux se sont en effet déjà rencontrés en finale du tournoi Challenger sur gazon de Nottingham, en 2013, et le robuste Américain - 1,88 cm pour 86 kg - s'était imposé 7-5, 7-5. Le droitier d'Orange, en Californie, apprécie d'ailleurs aussi le jeu sur herbe. Et pas seulement parce que sa grande passion, en dehors du tennis, est le golf. Son premier titre, c'est au tournoi ATP 250 de Nottingham qu'il l'a remporté, en 2016. Et il a déjà aussi atteint les huitièmes de finale à Wimbledon, la même année.

"Ce ne sera donc pas évident", glissa encore le Limbourgeois, qui est accompagné à Londres de l'Allemand Philipp Petzschner, ancien vainqueur de Wimbledon et de l'US Open en double. "Il sert bien et il est très puissant. Maintenant, j'ai les moyens de l'ennuyer avec mon jeu de gaucher. Ces trois victoires en qualifications (NdlR : où il n'a pas perdu un set) m'ont donné beaucoup de confiance. Les sensations sont bonnes et je vais faire le maximum..."