Tennis Présent depuis tout juste 6 ans, Johan Van Herck a bâti une équipe qui est prête à mourir au combat pour la nation.

Le 16 septembre 2011, Johan Van Herck avait succédé à Réginald Willems en tant que capitaine de l’équipe belge de Coupe Davis. Avec le quatuor Malisse, Rochus, Darcis et Bemelmans, il avait entamé son règne par une défaite (1-4) à Anvers contre l’Autriche de Jurgen Melzer.

Six ans plus tard, le capitaine a pris de la bouteille. En 14 week-ends de Coupe Davis, il a mené ses troupes à la victoire à 10 reprises ! Un bilan exceptionnel ! Ses quatre défaites ont été actées par Novak Djokovic (2013), Mikhail Kukushkin qui avait battu Goffin 12-10 au 5e set dans le froid polaire d’Astana (2014), Andy Murray (2015) et Marin Cilic (2016). Au rayon des performances, on dénombre le récent succès sur les terres des frères Zverev ou le parcours historique de 2015.

Ces résultats ne doivent rien au hasard. La formule magique se résume en trois points : une équipe homogène et soudée, un brin de chance (des forfaits en cascade et une programmation at home) et… un capitaine qui tient son navire à la perfection.

Johan Van Herck fait l’unanimité en Belgique. Le capitaine a trouvé les mots justes pour réunir une équipe de haute valeur sportive et pour fédérer tout le pays derrière un projet.

Depuis une table du Tennissimo alors qu’il regardait Ruben Bemelmans s’entraîner, il nous a confié sa définition d’un bon capitaine.

"J’ai des valeurs"

Johan Van Herck n’a jamais mangé sa parole, que ce soit avec ses joueurs, la presse ou encore les fédérations. "Je suis honnête et sincère. Si tu es correct, respectueux et poli avec les gens, ils te le rendent. Je tente aussi de communiquer positivement avec tout le monde. À mon arrivée, j’ai accepté l’équipe. Ces gars bossent durement pour y arriver."

"J’aime la Coupe Davis"

(...)