Tennis Kimberley Zimmermann (WTA 380 au moment du reportage, 358e mondiale ce jeudi) nous a ouvert les portes du vrai tennis, celui des baroudeurs de la balle jaune, des aventuriers du filet et des kamikazes de la terre battue. Immersion à Varsovie dans le sillage d’une jeune Belge qui monte. 


Ce grand format réservé aux abonnés vous est offert exceptionnellement en accès libre ci-dessous


Ses yeux brillent. Leur bleu profond traduit ses ambitions sans bornes autant que ses doutes et ses mésaventures. Kimberley Zimmermann est l’une de ces filles, de ces nombreuses filles, qui rêvent de percer dans le tennis mondial et qui en bavent en gardant le sourire, la foi et la passion. Des comme elle, il y en a des tonnes. La jeune Belge a toutefois quelque chose de spécial, un talent découvert alors qu’elle avait à peine plus de la moitié de ses 21 printemps et qu’elle balançait déjà des pains en revers.

Ces limbes du tennis féminin s’apparentent à un calvaire aux portes de l’enfer mais avec un œil encore braqué sur le paradis de la balle jaune : le top 100. Trois chiffres dont il est question et qui en deviennent obsession.


Pendant l'ensemble du tournoi de Varsovie, nous avons suivi cette jeune joueuse belge, qui se bat tournoi après tournoi pour gratter des points et quelques dollars, afin d'améliorer son classement et rembourser ses déplacements et ses hôtels. Découvrez l'ensemble de notre reportage  en cliquant sur l'image ci-dessous:

© D.R.