Tennis La saison 2017 de Goffin confirme pour le moment une évolution constante vers les sommets

Il y a une évidence qui saute aux yeux ces derniers temps avec David Goffin : sa sérénité totale. Sur le court ou hors du court, le Liégeois dégage la confiance du joueur en pleine possession de ses moyens et qui a en plus trouvé sa voie pour s’épanouir sur le circuit. Il ne craint plus personne sans pour autant s’enflammer.

Top 10, ce n’est pas du tout un costume trop grand pour lui : il s’éclate avec la crème de la crème.

" Il prend de la maturité et puis il faut aussi laisser le temps faire ses preuves ", estime son coach Thierry Van Cleemput. " Et il a un esprit très positif, entreprenant et c’est ça qu’il faut rechercher, car c’est le plus efficace. Cela se construit petit à petit. Il n’y a pas de recette miracle, mais de l’opiniâtreté, de la constance, de la rigueur. Il a une excellente perception de ce dont il a besoin, il est lucide. Et moi je lui fais confiance. Cette notion est fondamentale dans une équipe. "

Ainsi même quand le préparateur physique n’est pas dans les parages, Goffin s’astreint à une routine rigoureuse qui vient renforcer un joueur déjà parmi les plus grandes caisses du circuit.

" Quand Gérald n’est pas là, je fais le physique tout seul, j’essaie d’être vraiment discipliné. On a des routines bien en place par rapport à cette prévention pour les épaules, les hanches, les chevilles, etc. C’est un travail quotidien qu’on met en place depuis cet hiver et je commence à être rôdé."

Un travail dont il récolte les fruits et qui l’encourage à investir. " C’est sûr que quand il est là c’est toujours mieux et plus précis et c’est pour ça aussi que j’ai envie que Gérald soit là de plus en plus souvent cette année. C’est dur, c’est vrai, quand on doit commencer par ça, quand on est un peu raide de la veille… Ce sont des petits exercices difficiles et finalement ça dure à chaque fois une heure tous les matins… Mais je sais que ça me fait du bien et que c’est important aussi sur la durée, pour gagner en souplesse, pour la prévention des blessures. "

Van Cleemput est donc un coach enthousiaste et aussi fier de l’évolution de son joueur.

" David est quelqu’un de discipliné. Il faut aussi qu’un gars ait un peu d’autonomie sinon il ne faut pas s’étonner s’ils ne savent pas aller faire pipi tout seul, hein. Il sait que c’est important, il est à l’écoute de son corps. Il y a ce travail qui a été entrepris au niveau des jambes : j’avais dit que c’était maintenant que ça devrait plus ou moins sortir. On le voit. Il n’y a rien d’acquis, mais le résultat me plaît énormément. Ce David Goffin-là donne des raisons de continuer à ne pas mettre de limites. Je dis chapeau pour ce qu’il fait pour l’instant ! Il y a encore des projets, mais à chaque jour suffit sa peine et pour l’instant ça fonctionne. "

Tellement que Novak Djokovic lundi a laissé le duo belge gérer leur séance d’entraînement commune !


Goffin: "Super content de ma prestation"

Le Liégeois arborait un grand sourire après sa victoire sur l’Allemand Florian Mayer

Face à la soupe adverse, faite de claques à plat, de variations et de contre, notre compatriote a trouvé toutes les parades.

Très calme sous pression encore une fois, il a bien géré le jeu décisif du premier set avant de faire imploser son adversaire.

En bref : une copie parfaite. "Mon adversaire, il coupait les trajectoires, a un bon slice, super toucher, mettait des bonnes premières balles aussi, est très précis. Donc il fallait vraiment le sortir de sa zone de confort et c’est ce que j’ai fait en trouvant une cadence qui était de plus en plus élevée jusqu’à trouver ce qu’il fallait sans forcer pour qu’il ne puisse plus développer son jeu. Le service m’a bien aidé en plus aujourd’hui. Je suis super content de ma prestation, de la manière dont j’ai pu imposer mon jeu et c’est le plus important."

Créatif et offensif, Goffin a fait plaisir à voir face à un adversaire qui menait 2-1 dans leurs duels et avait remporté leur seule rencontre sur terre battue, en 2013 à Bucarest (7-6 (2), 1-6, 6-3).

C’est pour son coach la seule voie à suivre pour aller encore plus haut. " Il était très bien préparé à ce match. Et dans le deuxième set, là c’est ce que je cherche : l’équilibre entre l’agressivité, la construction du point et le choix d’être offensif. Il a déroulé tout le reste du match. On doit rechercher ça même si ça ne va pas être facile. C’est de mieux en mieux."

De quoi aborder le prochain match avec un état d’esprit conquérant, face au vainqueur du duel entre Gilles Müller et Milos Raonic.

" Peu importe l’adversaire, je sais que je vais essayer d’imposer mon jeu au maximum", a confié Goffin. "Si c’est Gilles Müller, j’ai vraiment le jeu pour le battre sur terre battue en retournant très bien, en contrant, en le faisant bouger. Et si c’est Milos, qui revient d’une finale à Istanbul, j’ai aussi des possibilités pour le battre. L’objectif sera vraiment d’imposer mon jeu."

La programmation l’aide aussi avec un jour off de plus demain. " J’aime bien, je suis un peu en avance sur les autres", conclut Goffin en arborant un large sourire.