Tennis

Le Serbe a eu raison de Kei Nishikori au premier tour à Madrid et il espère être relancé vers les sommets.

Novak Djokovic a décroché une victoire déjà très importante à Madrid. Vainqueur de Kei Nishikori (7-5, 6-4), il a donné de vrais signes d’amélioration lors d’un premier tour à l’affiche hallucinante. Déjà bien meilleur à Monte-Carlo, il avait ensuite pris un trou d’air incompréhensible d’entrée à Barcelone. Ici à Madrid, ils n’étaient pas nombreux à croire qu’il s’en sortirait face au Japonais, récent finaliste à Monte-Carlo. Et pourtant ! “Je dois bien admettre que c’était étrange d’affronter Kei au premier tour, d’habitude c’est en demi-finales ou finales de grands tournois. Ce match s’est joué sur des détails, mais j’ai réussi à sortir les bons coups aux bons moments. C’est exactement ce dont ma confiance et mon jeu avaient besoin alors je suis très heureux de m’en être sorti. C’est le scénario parfait.”

Et il en a bien besoin en ce moment alors que son jeu mais aussi sa condition physique sont en reconstruction. La vérité du jour ne sera peut-être pas celle du lendemain, mais au moins on sait désormais vraiment que le meilleur Djokovic n’est pas si loin que ça. S’il n’y avait pas eu la rechute de Barcelone, on aurait même eu envie de dire qu’il montait en puissance. On sent de toute manière que le retour de son coach historique Marian Vajda et de son préparateur physique Gebhard Gritsch lui a déjà fait le plus grand bien. Il ne le nie pas. “Je suis heureux qu’ils soient de retour dans mon box sur les courts et aussi dans ma vie. S’il y a bien deux personnes qui me connaissent moi et mon jeu parfaitement depuis dix ans, ce sont bien ces deux gars-là.”

Un soutien qui porte déjà ses fruits et surtout un discours qui a sans aucun doute fait beaucoup de bien à la tête de “Nole”. Vajda et Gritsch savent lui dire les choses qu’il n’a pas envie d’entendre au moment où il est prêt à les entendre. Il y a encore beaucoup de travail à faire pour l’ex n°1 mondial qui dit avoir accepté sa nouvelle situation. Il faut dire que sa vie a changé dans les tournois maintenant qu’il n’est plus dans les sommets du classement. “En arrivant ici j’attendais que mon équipe me dise quand je devais faire ma conférence de presse, mais ils m’ont dit qu’il n’y en avait pas pour moi”, a raconté Djokovic, hilare. Voilà la vie hors du Top 8. “Il y a des situations qui me sont totalement inconnues mais c’est comme ça et je l’ai accepté. J’ai passé dix ans dans le Top 10, je sais tout ce que j’ai accompli et j’en suis reconnaissant. Mais oui parfois on se pose des questions, c’est naturel, quand il faut tout recommencer malgré tout ce qu’on a déjà accompli dans ce sport. L’esprit vous joue des tours, alors il faut continuer à puiser profondément en soi. Cela reste un magnifique processus.”