Tennis Après avoir battu sèchement Gavrilova, la Limbourgeoise retrouvera en huitièmes de finale la n°1 mondiale, Simona Halep.

Elise Mertens s’est réconciliée avec son jeu lors de son 3e tour face à sa meilleure ennemie en Grand Chelem. Après l’avoir battue à Roland Garros en 2017 et à l’Australian Open, la Limbourgeoise a encore écarté l’Australienne Daria Gavrilova, 25e mondiale. La leçon a duré 1h02 soit le temps pour Elise de refaire ses gammes. "Je suis très satisfaite de mon niveau de jeu", soulignait avec un très large sourire Elise Mertens. "J’ai bien bougé. Mes retours de service étaient réguliers. Je me suis montrée agressive. J’ai contrôlé le match."

De fait, elle n’a pas concédé la moindre parcelle de terrain sur le court n°7. Elle a retrouvé également une première balle de service plus efficace. Elle est également rentrée dans toutes les balles avec une précision horlogère qui rappelait son niveau de jeu de janvier lorsqu’elle avait atteint la demi-finale de l’Open d’Australie.

A Paris, elle a remporté 10 des 12 derniers jeux. "J’ai bien varié mes coups. J’ai utilisé tous les coins du terrain. J’ai tenu la distance dans les échanges. J’ai pu jouer de manière libérée."

Après une telle démonstration, la native de Hamont Achel est d’attaque pour défier la numéro un mondiale, Simona Halep. La Roumaine l’avait sèchement battue à Madrid alors que Mertens était malade. "J’avais pris un 6-0, 6-4 ce qui n’est pas vraiment un bon résultat. Je pense que j’ai mes chances."

Lundi, elle disputera pour la première fois les huitièmes de finale à Roland-Garros. "En un an, je vois une grande différence dans mon jeu. Les résultats ne sont que des chiffres sur un bout de papier. Je vois surtout ma concentration durant tout le match. Je reste calme."

Au moment d’analyser son match, David Goffin achevait le sien contre Gaël Monfils. "Je n’ai pas pu voir beaucoup de ses points, mais son calme est impressionnant. Il est un exemple."

Elle, aussi, est un exemple. A 22 ans, elle recule toujours plus loin ses limites.