Tennis Schruff n'a pas fait de fleurs à Els Callens pour son dernier match en simple à Hasselt

HASSELT Elle est partie comme elle est venue, c'est-à-dire en toute discrétion. Elle devra même attendre jusqu'à dimanche pour recevoir un bouquet de fleurs et être fêtée. Els Callens (WTA 216) a disputé, mercredi, à 35 ans, son dernier match en simple sur le circuit féminin, au deuxième tour du tournoi d'Hasselt. Battue par l'Allemande Julia Schruff (WTA 83) 6-3, 6-1, l'Anversoise a tiré un trait sur une carrière longue de 16 ans qui la vit atteindre le 43e rang mondial en 1997, remporter dix titres en double et décrocher une médaille de bronze en double aux Jeux de Sydney.

«D'un côté, je suis contente que ce soit fini, confia-t-elle avec quelques trémolos dans la voix. D'un autre, je regrette de ne pas avoir pu jouer mon dernier match contre Kim Clijsters, en quarts de finale. Mais je me suis bien débrouillée. Je ne m'imaginais déjà pas franchir l'écueil du premier tour. Schruff a très bien joué. Elle m'a mis beaucoup de pression. Je n'ai eu aucune chance.»

Jeune femme discrète de nature, Els Callens aura toujours vécu dans l'ombre des meilleures joueuses belges, qu'elles se nomment Sabine Appelmans et Dominique Monami ou Kim Clijsters et Justine Henin-Hardenne. Cela ne l'empêcha pas, toutefois, de connaître également ses moments de gloire, comme cette médaille obtenue avec Dominique Monami aux Jeux Olympiques de 2000 et le triomphe avec l'équipe belge de Fed Cup à Madrid en 2001.

«Cette médaille aux Jeux reste mon plus beau souvenir. Cela me fait penser que je ne l'ai toujours pas accrochée dans un cadre. Ces seize ans sont passés comme en un éclair. Je n'aurais jamais imaginé tenir si longtemps. Cette dernière saison fut encore très chouette, même si les batteries étaient à plat. J'ai pu la vivre de manière détendue et en profiter pour visiter une dernière fois tous les endroits que j'appréciais. Ce fut génial de me qualifier pour Wimbledon. J'y retournerai certainement un jour comme spectatrice.»

Encore engagée en double avec Kim Clijsters, Els Callens espère terminer sur une belle note et peut-être même avec la coupe entre les mains suite au forfait de la paire tête de série n°1 formée par Anabel Medina Garrigues et Dinara Safina. Ensuite, il sera temps de passer à autre chose. Donnant déjà des cours depuis quelques mois au TC De Piepel, à Willebroek, elle ne craint pas de tomber dans le fameux trou noir qui hante les sportifs une fois l'heure de la retraite venue.

«J'aimerais bien décrocher mon diplôme d'entraîneur afin de me porter un jour candidate pour le poste de capitaine de l'équipe de Fed Cup. Je confirme, d'ailleurs, que je reste disponible si on a besoin de moi en tant que joueuse. J'espère que les gens se souviendront de moi comme d'une joueuse respectueuse des autres et quelqu'un que l'on aimait toujours bien croiser sur le circuit.»

Et à la question de savoir ce qui lui manquera le plus désormais, elle répond: «Le soleil...»

© Les Sports 2005