Tennis Il a remporté avec la manière son match de reprise face à Yuichi Sugita Envoyé spéciale en Australie Carole Bouchard.

Alors que ses rivaux sont chancelants, Roger Federer est en grande forme même s’il admet qu’il doit redoubler d’efforts depuis ses blessures (genou, dos) pour y rester.

De l’extérieur, cela ressemblait à un match très convaincant pour une reprise mais vous qu’avez-vous pensé de votre niveau de jeu ?

"Oui, je trouve que c’était un bon niveau pour le premier match de la saison : revers, coup droit, service, tout s’est bien passé, il y a aussi eu des volées, de bons enchaînements. Tout a bien fonctionné je trouve. En plus il fallait réussir à mettre un peu d’énergie dans ce match car c’est le premier. A l’entraînement tu es toujours un peu décontracté, tu peux te laisser aller un peu pendant cinq minutes ou deux points, mais ici chaque point peut faire tourner le match. J’ai vraiment réussi à faire tout ce que je voulais, en plus je suis resté agressif, j’ai lâché mes coups quand c’était important donc vraiment je suis très satisfait. Sur ce match tout me semblait normal et automatique alors que l’an passé ce n’était pas du tout le cas, j’en étais encore à espérer passer ma première balle sur les points importants. Là je n’ai plus de doutes et je ne veux pas me mettre de pression."

Cela rassure un peu ou bien vous n’aviez pas besoin d’être rassuré ?

"Si, c’est toujours bien de se rassurer honnêtement car il y a quand même des points d’interrogation et à la fin avec un match comme ça tu peux un peu les effacer. Et puis physiquement, tout va bien même s’il fait très chaud ici et qu’il faut s’adapter. Mais vous savez depuis ma blessure, mon état d’esprit a changé : je prends encore plus soin de mon programme et de mon corps qu’avant, je me donne du temps si j’en ai besoin et c’est la seule solution pour assurer ma longévité. Du coup je travaille beaucoup moins même si plus en qualité : je fais de demi-journées car ça ne fait plus sens de faire de longues heures donc c’est toujours bien une fois sur le court de me rassurer, de voir que tout est en ordre."

Djokovic a déclaré forfait à Doha, Murray ne semble pas au mieux, Nadal ne jouera pas avant Melbourne, Stan est aussi à l’arrêt : que vous inspire cette hécatombe qui continue parmi vos grands rivaux ?

"On reste dans la lignée des mois précédents… Mais c’est quand même mieux de ne pas jouer si tu n’es pas encore à 100 %, et ça te donne encore deux semaines de plus loin des projecteurs ce qui est important car tu peux décider comment tu veux t’entraîner ou pas, et pour un joueur de haut niveau c’est important d’avoir un peu d’intimité. On ne verra vraiment que dans dix jours qui va jouer et qui ne va pas jouer. Si ça se trouve tout le monde sera en pleine forme et on sera tous surpris, mais je pense quand même que deux mecs sur les cinq ou six vont rater ça parce qu’il y a trop de joueurs blessés en ce moment et il y a quelques blessures qui ont l’air plutôt sérieuses. Je leur souhaite à tous de récupérer et de revenir à 100 %."

En attendant, ça pourrait vous ouvrir le tableau à Melbourne…

"Oui, ça pourrait m’ouvrir la porte. Et à d’autres aussi. Mais ce ne sont que des spéculations et puis à mon âge je dois rester très concentré sur mon jeu, mon corps, les problèmes qui m’attendent car ça reste sept matches à enchaîner et ce n’est pas facile. Gagner l’Open d’Australie, ce n’est jamais simple."