Tennis Qualification facile pour les quarts de finale pour Roger Federer envoyé spécial en Grande-Bretagne Carole Bouchard

Qualifié pour les quarts de finale aux dépens d’Adrian Mannarino (6-0, 7-5, 6-4), le Suisse continue sa traversée tranquille du tableau. Il jouera désormais sa place en demi-finales face à Kevin Anderson face auquel il n’a pas perdu un set en quatre duels.

Vous n’avez pas perdu un set dans ce tournoi depuis 2016, que cela vous inspire-t-il ?

"Ces séries de victoires arrivent, c’est tout. Ce n’est pas du tout quelque chose que l’on peut contrôler et ça se joue de toute manière à un point ici ou là. J’aurais été aussi heureux si j’avais gagné tous mes matches en quatre sets. Mais c’est vrai que tout gagner en trois sets me permet aussi de sauver de l’énergie. Peut-être que pour les fans et les médias, c’est une histoire sympa mais moi ça ne me changera pas la vie de perdre un set."

Vous avez gagné le premier set 6-0 en seize minutes : une partie de vous se dit-elle que ça ne devrait pas arriver, que ces joueurs du Top 30 face à vous et vos 36 ans devraient faire mieux ?

"Pas vraiment… Mais j’ai dit à mon équipe l’autre jour que c’était surprenant d’être dans les deux premiers mondiaux à 36 ans. Jamais je n’ai pensé que ça arriverait. Mais sinon Adrian a prouvé son niveau dans les deux sets suivants même si oui j’ai été surpris que ça aille si vite dans le premier. Cela ne devrait sans doute pas se produire. Mais je n’aurais probablement pas d’autre 6-0 cette semaine alors j’ai savouré celui-ci !"

On commence vraiment à se demander si Wimbledon ne devrait pas décaler la finale dimanche pour éviter que ça tombe pendant celle de la Coupe du Monde de football : qu’en pensez-vous ?

"Moi je m’inquiète plus de savoir si la Coupe du Monde aura des problèmes à cause de la finale de Wimbledon (rire) ! Ils vont entendre chaque point : "Wow, 0-15. 15-30 !" Sur le terrain les joueurs vont jeter des regards vers la foule sans comprendre ce qu’il se passe. Voilà à quel point Wimbledon est important pour moi et pour nous ici. Donc vous devriez peut-être aller en Russie leur demander ce que ça va leur faire d’avoir la finale de Wimbledon en même temps."