Tennis

"C'était super dur dans cette ambiance", a dit David Goffin (ATP 9/N.8) après sa victoire en cinq sets devant le Français Gaël Monfils (ATP 37/N.32) au troisième tour des Internationaux de France de tennis, samedi. "J'ai fait un effort maximum pour rester dans ma bulle, essayer de rester concentré et de me battre jusqu'au bout." Le N.1 belge, qui a sauvé quatre balles de match dans le 4e set, a finalement validé son ticket pour les huitièmes après une victoire 6-7 (6), 6-3, 4-6, 7-5 et 6-3 au terme de 3h58 de jeu.

"Finalement, j'ai été assez solide que pour prendre le 4e set et faire l'effort dans le début du dernier. Mais à la fin, c'était vraiment dur, il y avait une grosse ambiance aujourd'hui (samedi, NDLR)", a déclaré Goffin sur le court Suzanne-Lenglen.

Vendredi, le Belge menait 3-2 dans la troisième manche avant de voir la partie interrompue par la pluie. "Les conditions étaient un peu différentes que vendredi et j'ai fait quelques fautes au début alors qu'il (Gaël Monfils, NDLR) est revenu au taquet, ne ratant presque rien jusqu'au milieu du quatrième set. Après, j'ai réussi à le faire courir un peu plus mais c'est vrai que jouer en deux jours n'est jamais facile", a ponctué Goffin.

"Les balles de match, j'ai été les sauver avec les tripes"

"Je suis très heureux d'avoir battu un tel joueur, chez lui ici à Roland-Garros. C'est une superbe victoire !", s'est exclamé David Goffin après sa victoire. Le Liégeois avait le sourire samedi à Paris après s'être qualifié pour la troisième fois pour les huitièmes de finale à Roland-Garros. Il venait de passer par le chas de l'aiguille, entre les mailles du filet, sur le court Suzanne Lenglen.

"C'est toujours compliqué de devoir recommencer un match qui a été interrompu en plein milieu de son déroulement", raconta le numéro 1 belge. "En outre, les conditions aujourd'hui n'étaient plus du tout les mêmes. Il faisait plus chaud, les balles étaient plus vives. Je savais qu'il allait de nouveau tout donner et dès qu'il est rentré sur le court, il a vraiment très bien joué, très long, avec des frappes très lourdes. Il ne me donnait pas l'occasion de prendre l'ascendant dans l'échange et je faisais un peu plus de fautes. Et puis, petit à petit, j'ai retrouvé mes marques, réimposé mon jeu et j'ai su inverser la tendance. Je suis très heureux d'avoir battu un tel joueur, chez lui ici à Roland-Garros. C'est une superbe victoire ! Je suis très fier."

Et puis, il y a surtout eu ses quatre balles de match, à 5-4 dans la quatrième manche. David Goffin a d'abord mené 15-40, avant que Gaël Monfils ne bénéficie encore de deux autres occasions, sur des balles d'avantage.

"À ce moment-là, je ne mis dis pas que c'est une balle de match. Je sais que c'est une balle de match, mais j'essaie de la jouer comme un point normal", expliqua-t-il. "J'étais surtout concentré sur ce que je devais faire. Je devais essayer de contrôler le point et être agressif, car je lui donnais une occasion, il allait la saisir avec son coup droit. De toute façon, je savais que cela jouait vraiment très bien, fin du quatrième. C'était vraiment chaud, je n'étais pas loin de revenir, cela pouvait tourner dans tous les sens. Si je m'accroche, c'est 5-5 et tout peut se passer à 5-5. J'ai été chercher les points, j'ai été sauvé toutes les balles de match avec du courage et des tripes. Et c'est passé", conclut-il.

Dimanche, Goffin affrontera l'Italien Marco Cecchinato (ATP 72) pour une place en quarts de finale.

Gaël Monfils: "C'est top ce que David a fait. C'est la marque d'un champion"

"C'est sûr que c'est rageant. On a envie de gagner. De temps en temps, ça ne veut pas. C'est fini et on va repartir sur quelque chose de nouveau", a confié. Gaël Monfils. Le joueur français était forcément déçu, samedi. Sur le court Suzanne Lenglen, Monfils, malade depuis le début du tournoi au point de devoir jouer sous antibiotiques, était passé tout près de l'emporter après avoir hérité de quatre balles de match, à 5-4 dans le quatrième set.

"L'interruption m'a beaucoup aidé. Comme j'ai dit, je suis malade. J'ai commencé à vraiment chuter physiquement hier. Aujourd'hui, j'ai réussi à bien imposer mon jeu et ma tactique", a-t-il expliqué. "Derrière, David a très bien joué, a su me contrer aux moments décisifs. Il a bien joué les balles de match, à 5-4. Je tente un coup droit long de ligne, je pense que c'est le bon coup, même à chaud avec le coach, on est d'accord. Elle est juste en-dessous de la bande. Lui a derrière deux coups droits superbes. Il les avait bien ratés avant. À 5-5, le jeu est physiquement dur pour moi, même si je mène 40-15. Je suis bien cramé (sic). Chapeau à lui. C'est top ce qu'il a fait. C'est la marque d'un champion."