Tennis

Quand plus de 2 commentaires sur 3 sur son compte Facebook marquent tantôt un respect tantôt une fascination pour l’exploit d’un sportif, c’est le signe moderne de la portée de cet exploit. 

Le samedi 18 novembre 2017 avait un parfum de début du siècle à l’heure où Justine Henin et Kim Clijsters se donnaient rendez-vous en finale des plus grands tournois. Derrière cette date se cachent des milliers d’autres qui ont permis au Liégeois de vivre cette consécration.

Il ne sera jamais le plus grand, le plus costaud et le plus endurant, mais David Goffin fait partie des joueurs les plus complets. Il a conservé son côté gentleman et sa taille humaine jusqu’à aujourd’hui. Il est capable de craquer et de sortir les plus beaux exploits. En quelques jours, il est passé de zéro contre Dimitrov à héros contre Federer. Ainsi va le tennis qui est un sport très mental qui impose l’humilité. David Goffin en est pourvu plus que la moyenne. Il ne planera ni dimanche ni le week-end prochain à Lille.

Ces deux finales pourraient changer la face du tennis belge. Quel sera l’impact de la première sur la seconde ? Sans tomber dans l’euphorie, il ne sera que positif. Certes, David Goffin arrivera dimanche soir sur les rotules. Certes, il est cuit de chez cuit. Mais, il aura cinq jours pour récupérer. En plus, il sera entre les mains de magiciens du corps qui ont déjà accompli un miracle pour le retaper avant la demi-finale contre l’Australie. Troisièmement, le tennis est un sport mental basé sur la confiance. Celle de David est au sommet grâce à ses victoires contre trois joueurs du Top 8. Enfin, le natif de Rocourt fait partie de ces joueurs qui ont besoin de beaucoup de matches pour être dans le rythme. Il a été servi à Londres. Sans oublier que ce périple anglais ne sera pas passé inaperçu du côté français où Jo-Wilfried Tsonga, qui a déjà disputé le Masters, connaît l’état de grâce traversé par le Goff