Tennis

David Goffin (ATP 7) affrontera l'Allemand Matthias Bachinger (ATP 184) au premier tour de l'Open d'Australie. Le tirage au sort avait réservé un qualifié au Liégeois, qui attendait donc de connaître le nom de son premier adversaire.

Bachinger, 30 ans, s'est sorti des qualifications pour rejoindre le tableau final. Il n'a jamais rencontré Goffin, 27 ans, septième tête de série en Australie.

Qualifié dimanche, Ruben Bemelmans (ATP 119), 29 ans, sera lui opposé au Français Lucas Pouille (ATP 18), 23 ans, tête de série N.18. Ce sera le quatrième affrontement entre les deux joueurs. Pouille a battu Bemelmans l'été dernier au premier tour de l'US Open (6-3, 6-4, 6-4) et, en 2016, en qualifications à Dubaï (6-2, 6-3). Bemelmans s'était imposé en 2013 au deuxième tour des qualifications de l'Open d'Australie (6-4, 6-1).

Elise Mertens (WTA 37) attendait elle aussi de connaître le nom de son adversaire au premier tour. Il s'agira de la qualifiée slovaque Viktoria Kuzmova (WTA 125), 19 ans, qui n'a encore jamais joué contre Mertens, 22 ans.

Les deux autres Belges engagées en simple dames savaient déjà qui elles allaient affronter. Kirsten Flipkens (WTA 75) a hérité de l'Américaine Alison Riske (WTA 84) tandis qu'Alison Van Uytvanck (WTA 77) jouera contre la Croate Petra Martic (WTA 81).


"Je crois qu'il n'y a plus vraiment de tirage facile"

David Goffin (ATP 7) connaît enfin le nom de son adversaire au premier tour de l'Australian Open 2018. Le Liégeois, 27 ans, affrontera ainsi mardi l'Allemand Matthias Bachinger (ATP 184), 30 ans, qui s'est extirpé des qualifications en battant dimanche le Colombien Alejandro Gonzalez (ATP 355) au dernier tour.

"Affronter un qualifié, c'est toujours un match piège", raconta-t-il. "On ne sait pas exactement dans quel état il va se présenter. Il peut respirer la confiance, tout comme être fatigué, surtout avec le fait que les matches ont été perturbés par la pluie et qu'il a fallu jouer jusqu'au dimanche. On peut laisser beaucoup d'énergie dans ce genre d'histoire. Il y a toujours des bons joueurs qui figurent en qualifs, d'autres que je ne connais pas."

Si on se projette un peu à Melbourne, David Goffin pourrait ensuite croiser sur sa route le Français Julien Benneteau (ATP 58), qui l'avait surpris l'automne dernier au tournoi ATP Masters 1000 de Paris-Bercy, et l'Italien Fabio Fognini (ATP 27). En huitième de finale, ce serait Juan Martin Del Potro (ATP 12), puis Roger Federer (ATP 2) en quarts. Un sacré menu!

"Je crois qu'il n'y a plus vraiment de tirage facile. Il y a tellement de bons joueurs. Tous les matches sont difficiles dès lors et puis une fois que l'on arrive loin, on ne tombe que sur des gros morceaux", poursuivit-il. "C'est clair que s'il devait y avoir un quart de finale contre Federer, ce serait formidable, mais c'est tellement loin. On va prendre match après match, car cela dépend de tellement de choses. L'année dernière, j'étais tombé sur Opelka, qui était également un qualifié, et j'avais dû batailler cinq sets par 35 degrés pour m'en sortir. Dès lors... "