Tennis Le Belge défiera le Serbe Novak Djokovic en quarts de finale.

David Goffin ne pouvait pas arriver mieux lancé sur Novak Djokovic. Porté par deux très belles victoires face à Nicolas Almagro et Dominic Thiem, le Liégeois a la forme nécessaire pour espérer bousculer le Serbe. Jeudi, il a encore fait forte impression face à un Autrichien qui commence à ne plus savoir quoi faire devant ce diable de Goffin.

"Face à lui c’est comme face à Nishikori, c’est comme si je n’avais rien dans mon jeu pour leur faire un coup gagnant ou même simplement leur faire mal. Même avec ce break d’avance dans le troisième, je sens que je ne suis pas à l’aise."

C’est ce mode muraille qui pourrait aussi payer vendredi face au Djoker. Et Goffin y compte bien, d’autant plus que face à Thiem il a encore gagné en confiance.

"Je ne peux pas frapper plus fort que lui, je dois essayer de jouer vite, de vraiment rentrer dans sa tête. Il y aura toujours un moment, comme dans la fin du premier ou du dernier set, où il voudra forcer et essayer de frapper encore plus fort. Et en peu de temps il peut commencer à faire des fautes. Je sais que j’ai les armes. C’est une très belle victoire face à un gros joueur de terre. Cela me donne vraiment beaucoup de confiance pour la suite, surtout pour le premier tournoi sur terre battue de la saison." Alors Nole peut bien arriver : le 13e mondial est prêt, plus rien à voir avec le joueur qu’il était lors de leur seul affrontement sur ocre à Roland-Garros 2013 (défaite 7-6 (5), 6-4, 7-5).

"Je venais vraiment un peu d’arriver sur le circuit, ça faisait un an que j’étais vraiment dans les grands tournois, dans les Grand Chelem. Depuis, il y a eu du chemin parcouru." On a ainsi senti beaucoup d’envie chez Goffin à l’idée de ce duel au sommet. Pas de crainte. Ce qui est aussi lié au début de saison compliquée de son rival.

"Je me sens bien, j’arrive en quarts de finale pour la première fois ici donc ce sera d’office un bon match face à Djoko, qui, c’est vrai, a quelques difficultés ces derniers mois à trouver son meilleur niveau. Je vais jouer ma carte à fond et me battre. Mais ça reste Novak, ça reste le n°2 mondial, il a déjà gagné ici, a gagné à Roland, c’est un très grand joueur de terre battue."

Du côté de Thierry Van Cleemput, la satisfaction du jour dominait : "Je suis très content des trois premiers tours. Le choix des trajectoires est de mieux en mieux, la deuxième balle aussi. Physiquement, il est bien. Je suis un coach heureux." Et aussi un coach qui y croit : "Les saisons passent, l’expérience est là : il faut aborder chaque match avec des idées claires, simples. David doit se dire qu’il a une chance face à chaque joueur, se dire qu’à chaque match ça va être très dur de le battre."

David Goffin n’a pris qu’un set en cinq duels face à Djokovic, mais il entend bien lui faire mal au crâne sur ce Rocher.