Tennis La lauréate de la Fed Cup 2001 saluait l’excellent week-end de Mladenovic.

Consultante pour France Télévisions, Justine Henin n’a pas été surprise par le résultat final. "Je trouve que le résultat est logique. La France a été conquérante tout le week-end. Mladenovic a porté cette équipe avec brio. La Française a dirigé le match contre Mertens."

Elise Mertens était la clef belge. À Mouilleron-Le-Captif, elle a souffert pour afficher sa régularité de métronome. "Elle est jeune. Il faut lui laisser du temps. Il lui a manqué un petit truc ce week-end. Elle incarne le futur. Son rôle n’est pas facile. Elle doit encore acquérir de l’expérience. Ses résultats du passé ne sont pas un gage de réussite du futur. Elle a un potentiel intéressant. Elle doit encore apprendre à doser. Elle voulait en mettre trop tout le temps."

La septuple vainqueur en Grand Chelem se montrait fair-play. "L’équipe en face était meilleure. Placer la Belgique comme favorite, c’était de la folie. J’ai senti une vague d’euphorie à la suite de son titre à Hobart et de sa demi-finale à l’Open d’Australie. Elise a encore tout à faire et à construire."

Néanmoins, Henin avait un petit goût de trop peu. "Le double m’a déçu car la France a montré une grosse envie et un enthousiasme. Côté belge, je ne voyais pas une équipe qui a fait bloc et qui était prête à se bagarrer."

Une autre déception touche le match de Kirsten Flipkens contre Kristina Mladenovic. "Kirsten avait les moyens de la faire douter un peu plus afin qu’elle ne rentre pas si bien dans son week-end." En revanche, elle estime qu’Alison Van Uytvanck "a montré de belles choses".

Justine Henin salue le coaching de Dominique Monami. "Mettre Ali en 4e match était le bon choix. Elle a montré de belles choses alors que Kirsten est capable de hauts et de bas. Sur le double, fallait-il aligner Alison ? C’est facile à dire de l’extérieur. Nous ne sommes pas au sein de l’équipe", concluait celle qui se contente tout à fait de son rôle de consultante à la télévision. Pour le moment…

© IPM