Tennis

"Je suis habité par un sentiment mitigé", a-t-il confié à l'issue d'une journée éprouvante. Joachim Gérard (ITF 6) jouera ce samedi la finale du double messieurs à Wimbledon dans l'épreuve en fauteuil roulant après une victoire vendredi soir avec son partenaire suédois Stefan Olsson contre les Français Stéphane Houdet et Nicolas Peifer, têtes de série N.1. 

Mais c'est évidemment celle du simple que le Brabançon aurait bien aimé disputer pour son retour en Grand Chelem. Malheureusement, le N.1 belge s'est incliné contre l'Argentin Gustavo Fernandez (ITF 3), 24 ans, finaliste l'an dernier, 6-1, 4-6, 6-2.

"Il y a beaucoup de déception à ce niveau", raconta-t-il. "Je suis très mal entré dans la partie au point de lui donner carrément un set d'avance. Je bougeais très mal et je faisais beaucoup de fautes. Ensuite, je me suis ressaisi, mais dans le troisième set, il s'est montré très solide. Je crois que j'ai eu plus de balles de break que lui et pour le même prix, comme l'a dit mon coach, j'aurais pu mener 4-3 au lieu que ce soit 5-2 pour lui. Mais il a très bien géré les moments importants. Fernandez ne lâche rien et si on lui fait un cadeau par-ci, par-là, il en profite pour faire la différence."

La qualification pour la finale du double représente toutefois une belle consolation pour Joachim Gérard. "Ce n'est que notre deuxième tournoi du Grand Chelem ensemble avec Stefan, mais c'était un objectif d'atteindre une finale. Et puis, la paire formée par Houdet et Peifer est actuellement la meilleure du monde. Ce fut un match avec beaucoup de hauts et de bas. Je me suis effondré après le gain de la première manche, mais nous avons su faire preuve de ressort sur la fin pour nous imposer 7-5 au troisième set après avoir été menés 4-2. Cela fait tout de même plaisir."

Joachim Gérard et Stefan Olsson affronteront pour le titre les Britanniques Alfie Hewett et Gordon Reid, têtes de série N.2.