Tennis

Milan accueille à partir de mardi la première édition des Next Gen Finals, un Masters de tennis des moins de 21 ans lancé par l'ATP pour promouvoir les jeunes les plus prometteurs du circuit. Il sera le cadre de l'expérimentation de nouvelles règles, avec des sets de quatre jeux ou le "no-let".

La véritable tête d'affiche des moins de 21 ans, l'Allemand Alexander Zverev, est déjà trop fort pour ce "Masters bis" et le N.3 mondial ne fera qu'un saut mardi à Milan pour un match-exhibition, avant de filer à Londres où l'attend le Masters des grands.

A Milan, le joueur le mieux classé sera le Russe Andreï Rublev, 20 ans, 37e mondial et vainqueur cette saison du tournoi sur terre battue d'Umag.

Avec lui, on retrouvera ses compatriotes Karen Khachanov (45e, 21 ans) et Daniil Medvedev (65e, 21 ans), le Canadien Denis Shapovalov (51e, 18 ans), l'Américain Jared Donaldson (55e, 21 ans), le Croate Borna Coric (48e, 20 ans), le Sud-Coréen Hyeon Chung (54e, 21 ans) et Gianluigi Quinzi (306e, 21 ans), vainqueur d'un tournoi de qualification réservé aux Italiens.

L'objectif de l'ATP est de mettre en lumière une jeune génération qui pourrait à terme remplacer celle des actuels patrons du circuit, de Roger Federer à Rafael Nadal en passant par Novak Djokovic ou Andy Murray.

L'initiative rappelle celle des "New Balls", quand l'ATP avait mis en avant en 2001 une autre série de jeunes joueurs. Parmi eux, on trouvait Federer, Andy Roddick, Marat Safin, Gustavo Kuerten, Juan Carlos Ferrero ou Lleyton Hewitt, soit la bagatelle de 26 titres du Grand Chelem aujourd'hui.

Le format du tournoi est celui d'un Masters classique (deux poules de quatre, demi-finales et finale). De nombreuses innovations sont prévues, à commencer par une finale pour la troisième place. Les matches se dérouleront au meilleur des cinq sets, mais avec des sets de quatre jeux gagnant, sans avantage et avec un jeu décisif à 3-3, ce qui doit permettre, selon l'ATP, d'"augmenter le nombre de moments charnière dans un match".

La règle du "no-let" sera également appliquée, c'est-à-dire qu'un service touchant la bande du filet et finissant dans le carré de service ne sera pas à rejouer.

Dans l'idée d'accélérer le rythme, l'échauffement sera par ailleurs limité à cinq minutes et une horloge fera défiler les 25 secondes réglementaires entre chaque point.

Première édition et première polémique

L'ATP et la firme Red Bull ont présenté des excuses lundi après le tirage au sort de la première édition des Next Gen Finals de Milan, lors duquel les joueurs devaient choisir parmi huit jeunes femmes pour savoir dans quel groupe ils seraient versés.

Chacun des huit joueurs devait choisir une femme, qui dévoilait ensuite la lettre A ou la lettre B, cachée sur son corps ou ses vêtements. Le Sud-Coréen Hyeon Chung a ainsi dû enlever le gant d'une jeune femme avec ses dents pour savoir dans quel groupe il allait figurer.

Plusieurs joueurs ont paru extrêmement embarrassés et la cérémonie a été commentée de façon très négative sur les réseaux sociaux. "Disgrace" (honte, ndlr), a ainsi jugé l'ancienne N.1 mondiale française Amélie Mauresmo sur son compte Twitter.

"Beau boulot @ATPWorldTour. C'est sensé être un évènement tourné vers l'avenir, c'est ça ? #retouràzéro", a de son côté écrit, en anglais, la Française Alizé Cornet, ancienne N.12 mondiale.

"Horrible", a pour sa part jugé Judy Murray, la mère de l'ex-N.1 mondial britannique Andy Murray.

Dans un communiqué conjoint, l'ATP et Red Bull, partenaire de l'évènement, ont donc présenté des excuses lundi.

"L'ATP et Red Bull présentent leurs excuses aux personnes offensées par la cérémonie de tirage au sort des Next Gen ATP Finals", peut-on lire dans ce communiqué.

"L'idée était de rappeler le riche héritage de Milan comme l'une des capitales de la mode. Mais la façon de le faire était de mauvais goût et inacceptable", ont ajouté l'ATP et Red Bull.