Tennis

Trajectoire identique pour Rafael Nadal et Novak Djokovic mercredi au 2e tour du Masters 1000 de Madrid: confrontés à des adversaires coriaces, respectivement l'Italien Fabio Fognini et l'Espagnol Nicolas Almagro, tous deux ont du puiser dans leurs réserves pour passer en 8e.

Depuis son sacre à Roland-Garros en 2016, Djokovic, qui s'avance à Madrid en tenant du titre, se montre bien moins impérial sur les courts de la planète.

Son deuxième tour mercredi avait tout d'un piège face à Almagro, un terrien pur jus, anciennement 9e joueur mondial il y a déjà six ans.

Après un premier set en trompe-l'oeil face à un Almagro inexistant (6-1), "Nole" a été surpris par le réveil du Murcien, bien plus précis et joueur dans la deuxième manche (6-4).

Breaké d'entrée et mené 3-0 dans la manche décisive, le tenant du titre a évité la catastrophe (7-5) d'une nouvelle élimination prématurée, lui qui avait déjà quitté le premier Masters 1000 de la saison sur terre battue à Monte-Carlo en quarts de finale mi-avril.

Il s'agissait de sa première apparition sur les courts après s'être séparé de l'ensemble de son staff il y a cinq jours. Djokovic a fait savoir qu'il cherchait qui a connu des expériences similaires aux siennes, et le nom d'André Agassi a commencé à circuler dans la presse anglaise.

Halep a aussi galéré

"Il n'y a pas tellement de champions de la sorte dans l'histoire de ce sport. C'est normal que les gens commencent à sortir des noms. Je ne peux pas en dire plus que ça", a-t-il précisé en conférence de presse.

Nadal lui aussi a été poussé dans un troisième set contre Fognini (7-6 (7/3), 3-6, 6-4) et près de trois heures de jeu.

Dans des conditions difficiles de jeu en altitude (600 mètres) et avec du vent, le Majorquin a délivré une prestation en demi-teinte, à l'image du jeu de service à 5-3, pour boucler le match et lâché à Fognini.

"Je n'ai pas mal joué, j'ai très mal joué. Même si j'ai mal joué, mon attitude a été très positive" a estimé Nadal, qui visera un dixième titre à Roland-Garros, deuxième tournoi du Grand Chelem qui débute dans un peu plus de deux semaines.

"Les conditions sont totalement différentes ici" par rapport à Roland-Garros. "De tous les tournois que l'on dispute, c'est celui qui se rapproche le moins de Roland-Garros", a ajouté Nadal.

Chez les dames, la tenante du titre Simona Halep a du elle aussi batailler pendant trois manches et près de deux heures contre l'Australienne Samantha Stosur, qu'elle avait éliminé en demi-finale à Madrid l'an passé.

Elle jouera sa place dans le dernier carré contre l'Américaine Coco Vandeweghe.