Tennis Ukrainienne de naissance, elle défend désormais les couleurs de l’équipe belge de Fed Cup. Une belle récompense.

Son nom et son accent ne cachent pas ses origines ukrainiennes. Depuis octobre dernier, Maryna Zavevska possède pourtant un passeport belge. Et elle en est très heureuse et fière. Sélectionnée pour la première fois en équipe de Fed Cup, la native d’Odessa s’apprête à participer, ce week-end, à son premier match face à la Roumanie. Un véritable aboutissement pour cette demoiselle de 23 ans au parcours si atypique.

Issue d’un milieu modeste, Maryna a débarqué en Belgique en 2008 à l’âge de 15 ans et a posé ses valises à l’Académie de Justine Henin à Limelette avant de rejoindre les structures de Philippe Dehaes au TC Géronsart. Pêle-mêle, elle a notamment travaillé avec Carlos Rodriguez et, surtout, avec le regretté Julien Hoferlin qui lui manque tant.

Passée professionnelle en 2009, elle est entrée dans le giron de Hopiness, une ASBL fondée par la famille Mestdagh qui permet à de jeunes talents triés sur le volet (comme le skieur Arnaud Marchant) de bénéficier d’un encadrement pointu pour gravir les échelons. Une aide financière très précieuse. "Maryna a été notre première ambassadrice et nous sommes très fiers de son parcours. Elle est aujourd’hui pointée à la 123e place du ranking mondial et elle a clairement le potentiel pour se hisser rapidement dans le Top 100 ", confie Cindy Vincent, directrice de Hopiness.

Attaquante de fond de court, plutôt douée, solide dans tous les secteurs du jeu, elle a le profil de la joueuse moderne. Un peu dans l’esprit de Maria Sharapova, son idole. Il lui faudra juste canaliser son énergie pour franchir un nouveau palier.

"C’est une fille très attachante, d’une rare gentillesse. Professionnellement, elle est organisée, travailleuse et très concentrée. Sa vie n’a pâs toujours été facile. Mais elle est toujours de bonne humeur, heureuse d’avoir fait de sa passion son métier. Elle loge au-dessus du club de Géronsart : c’est dire si son implication dans le tennis est grande", ajoute Cindy Vincent.

Avec l’aide de son staff (son coach Philippe Dehaes, son préparateur physique Sébastien Sarrazin et son sophrologue Eric Meadets), Maryna Zaveska espère poursuivre sa progression. Le mois dernier, elle a participé - comme lucky loser - à son premier tournoi du Grand Chelem en Australie. Sa sélection en Fed Cup ajoute une nouvelle ligne à son C. V. Nul doute qu’elle aura beaucoup de choses à raconter à son petit ami, le Kazakh Andrei Golubev, également professionnel de… tennis !