Tennis

Dominika Cibulkova (WTA 33) sera l'adversaire qu'Elise Mertens (WTA 15) devra battre ce samedi si elle désire atteindre pour la première fois les huitièmes de finale à Wimbledon. La petite Slovaque, 29 ans, lauréate du Masters en 2016, s'est qualifiée pour la huitième fois en dix ans pour le troisième tour sur le gazon londonien à la suite d'une victoire 6-3, 6-4 sur le Centre Court contre la Britannique Johanna Konta (WTA 24), la favorite locale.

"Je suis très contente", expliqua-t-elle. "J'aime bien jouer sur gazon, où ma taille (NdlR : elle mesure 1,61 m) constitue moins un désavantage que sur les autres surfaces. Les balles m'arrivent à la bonne hauteur et j'ai très bien servi aussi. J'ai vu que Konta avait des difficultés à lire mon service. Et cela m'a donné confiance. Les pièces du puzzle se sont mises en place", ajouta la native de Bratislava, qui n'a plus souhaité s'épancher sur le fait d'avoir dû céder sa place de tête de série à la revenante Serena Williams (WTA 181). "Que voulez-vous que je dise ? Je ne pouvais rien y changer. Je n'ai rien à prouver et j'ai surtout essayé de faire en sorte que cela m'affecte le moins possible. Je me suis concentrée sur mon tennis et voilà ce que cela peut donner quand je joue bien", sourit-elle.

Dominika Cibulkova connaît Elise Mertens pour l'avoir déjà rencontrée à deux reprises sur le circuit, l'an dernier. Elle avait battu la Limbourgeoise en demi-finale du tournoi de New Haven, avant de s'incliner ensuite au premier tour à Pékin. Il s'agira donc d'une première sur gazon.

"Mertens est une bonne joueuse, qui a une belle frappe de balle. C'est toujours difficile de faire des prédictions, mais elle a le potentiel pour être Top-10 un jour", poursuivit la Slovaque, dont le meilleur classement fut une quatrième place à la WTA, en 2016. "Mais bon, j'ai déjà battu Cornet et Konta ici. Il faudra que je continue à être solide. Avec ma petite taille, il faut avoir un truc en plus pour rivaliser et c'est mon énergie, ma tonicité. Pour l'instant, je sers bien également. Je trouve les bonnes zones. J'espère que cela va continuer", conclut-elle.