Tennis

Elise Mertens (WTA 37) s'apprête à vivre le plus grand moment de sa jeune carrière, ce jeudi, à Melbourne. 

La jeune Limbourgeoise, 22 ans, va ainsi tenter de sa qualifier pour la toute première fois pour la finale d'une levée du Grand Chelem, l'Open d'Australie. Dans la Rod Laver Arena, qu'elle a déjà foulée à deux reprises, elle défiera à partir de 14h la Danoise Caroline Wozniacki (WTA 2), lauréate du Masters à Singapour fin de l'année dernière.

"Si on m'avait dit que je me trouverais là, je pense que j'aurais ri", confia-t-elle. "Je suis arrivée ici à Melbourne en ayant reconduit mon titre à Hobart et j'étais déjà très heureuse. Je savais que j'affronterais une qualifiée au premier tour et je m'étais donc dit que je pourrais franchir ce cap. Ensuite, j'ai également réussi à gagner mon deuxième match. Je me suis dit 'on verra bien'. Mais demi-finale, non. C'est 'Waouw'! C'est un rêve, un grand rêve. Et j'ai envie qu'il se poursuive. J'ai encore de l'énergie."

Elise Mertens peut devenir la troisième joueuse belge de l'histoire de l'ère Open, après Kim Clijsters et Justine Henin, à atteindre une finale d'un tournoi du Grand Chelem. Pour y arriver, il lui faudra donc battre Caroline Wozniacki, contre qui elle s'était inclinée, 7-5, 4-6, 6-2 l'an dernier en demi-finale du tournoi WTA sur terre battue de Bastad.

"Wozniacki est une joueuse très expérimentée", poursuivit-elle. "Elle lit bien le jeu et elle peut faire beaucoup de choses avec son revers. Elle défend remarquablement bien, ramène beaucoup de balles, mais elle s'est également améliorée dans le domaine offensif, ce qui à mon sens lui a permis d'arriver si loin. Je vais tâcher de me concentrer sur moi-même et de rester dans ma bulle. Le niveau du tennis féminin a beaucoup évolué. Cela ne fait plus une aussi grande différence d'être tête de série. J'ai déjà vu le trophée, oui, à la télévision. Et j'aimerais tout de même bien l'avoir", sourit-elle.