Tennis

Le Suisse Roger Federer a signé un succès rapide mercredi à Montréal, imité en soirée par l'Espagnol Rafael Nadal, alors que dans un match fou Gaël Monfils a sauvé quatre balles de match avant de l'emporter devant une foule en délire.

Rafael Nadal, en mission au Masters 1000 de l'ATP de Montréal pour déloger Andy Murray, blessé, de la première place à l'ATP, a battu le jeune croate Borna Coric 6-1, 6-2.

Pour son retour à la compétition après sa huitième couronne à Wimbledon et après avoir passé sa soirée d'anniversaire la veille au concert du groupe britannique de pop-rock Coldplay, Roger Federer, 36 ans, a fait une rentrée réussie.

Le Suisse, 3e joueur mondial, a disposé facilement (6-2, 6-1) du Canadien Peter Polansky et retrouvera jeudi un joueur de sa génération et qu'il connaît bien pour l'avoir battu à chacune de leurs 16 confrontations. L'Espagnol David Ferrer (33e) a écoeuré le solide Américain Jack Sock (N.15) en trois sets 7-6 (9/7), 3-6, 6-1.

Pendant que le roi Federer expédiait les affaires courantes sur le central, sur le court voisin Gaël Monfils a livré un spectacle de toute beauté et qui aurait pu basculer du côté de son adversaire du jour, le Japonais Kei Nishikori.

Mené 6/2 dans le jeu décisif du troisième set, Monfils a aligné six points de suite, sauvant quatre balles de match au passage, pour s'imposer dans ce qu'il qualifie d'une "énorme revanche" et d'"une belle victoire pour beaucoup de raisons".

Et Monfils de rappeler que par deux fois l'an dernier face au même adversaire, la balle était retombée du côté du Japonais. A Miami, Monfils avait manqué cinq balles de match, puis il y a un an en quart de finale des Jeux de Rio, il avait cédé après avoir déjà été mené 6-2 dans le tie-break décisif.

"Je sais exactement ce que Kei ressent" après une défaite comme celle-là, a commenté Gaël Monfils.

La surprise Shapovalov

Jeudi, Monfils affrontera l'Espagnol Roberto Bautista Agut (N.12) pour, en cas de victoire, retrouver (théoriquement) un certain Roger Federer.

Porté par son public, le jeune espoir du tennis canadien Denis Shapovalov, 143e joueur mondial à 18 ans, a signé l'un de ses plus grands succès et créé la surprise du jour.

Avec patience, méthode et un très bon service, Shapovalov a renvoyé aux vestiaires son "idole", l'Argentin Juan Martin Del Potro en deux sets 6-3, 7-6 (7/4).

Jouer contre Del Potro était "un énorme honneur", car "j'avais dit (mardi) qu'il était mon idole" depuis que je l'avais vu gagner l'US Open en 2009, a expliqué le jeune Canadien.

Rendez-vous jeudi avec "encore un joueur que j'ai vu en grandissant", a-t-il ajouté en référence à Rafael Nadal, un match pour lequel le public n'aura d'autre choix que de l'encourager. Il est maintenant l'unique canadien en lice avec la chute de Milos Raonic, 6e tête de série.

Handicapé par un poignet gauche douloureux, le Canadien a été éliminé par le Français Adrian Mannarino (6-4, 6-4) qui aura un match compliqué face au Sud-Coréen de 21 ans, Hyeon Chung, 56e mondial et vainqueur du Belge David Goffin, 9e tête de série (7-5, 6-3).

Autre tête de série à disparaître, le Français Jo-Wilfried Tsonga battu par l'Américain Sam Querrey (6-1, 3-6, 6-4).

Enfin le vainqueur du tournoi dimanche de Washington, Alexander Zverev, 8e mondial, a sauvé trois balles de match pour battre difficilement le Français Richard Gasquet (29e) en trois sets 6-3, 4-6, 7-6 (7/3).