Tennis Le vainqueur de Roland-Garros 1998, qui est devenu l’entraîneur de Rafael Nadal en décembre, avait déjà lié son destin à son voisin de Majorque il y a plus de 20 ans.

Toni Nadal peut s’en aller le cœur léger. Il laisse son neveu entre de bonnes mains. D’ailleurs, l’arrivée de Carlos Moya dans le rôle d’une sorte de T2 a aidé l’oncle le plus célèbre de l’ATP à faire un pas de côté.

"Quand on a décidé de faire venir Carlos Moya, on ne savait pas à quel point il serait investi avec Rafael, sur combien de tournois. Mais depuis, j’ai vu combien il travaillait dur, alors je me suis dit : ‘Bien, je peux arrêter’. Rafael est désormais suffisamment bien entouré", avait confié Toni Nadal dans nos colonnes la semaine passée.

Une arrivée en eaux troubles

Carlos Moya avait intégré le staff de Rafa lors de la préparation hivernale. À ce moment, le gaucher de Manacor avait mis un terme précoce à sa saison à cause d’une blessure au poignet. Il avait frôlé la sortie du Top 10 et était relégué dans l’ombre d’Andy Murray et de Novak Djokovic et même des seconds couteaux comme Nishikori et Raonic. À 30 ans et sans le moindre titre de Grand Chelem remporté depuis Roland-Garros 2014, Rafael Nadal avait été enterré par les médias.

Le seul auteur d’une decima en Major a alors appelé l’un de ses amis pour venir à son chevet.

"Avoir quelqu’un comme Carlos, qui est un ami et quelqu’un de très important dans ma carrière, est très spécial", avait souligné en décembre dernier RN.

Carlos Moya, de solides références

(...)