Tennis Rafael Nadal chasse un 11e titre Porte d’Auteuil et on a bien du mal à imaginer Dominic Thiem capable de l’en empêcher.

L’un visera son dix-septième titre du Grand Chelem, l’autre son premier. L’un visera son onzième Roland-Garros à sa onzième finale, l’autre mettra pour la première fois de sa vie le pied sur le Chatrier le dernier dimanche du tournoi. Devinez lequel est favori ?

Et oui, c’est forcément Rafael Nadal. A 32 ans et malgré un début de saison perturbé par une blessure au psoas, l’Espagnol n’a pas manqué son rendez-vous annuel avec la terre battue. Il peut devenir dimanche le deuxième joueur de l’histoire à remporter onze titres dans le même tournoi du Grand Chelem depuis Margaret Court et ses onze titres de l’Open d’Australie.

"Je crois que ce qui a fait ma force c’est ma capacité à adapter mon jeu aux différentes époques sur une surface qui demande beaucoup physiquement et stratégiquement, où on peut gagner en défendant tout comme en attaquant."

Il a la confiance pour lui, l’expérience pour lui, la palette d’options pour lui. Alors que reste-t-il à Dominic Thiem pour espérer l’emporter ? Seulement une chose : il a déjà battu Nadal sur terre battue et c’est énorme.

Et il ne l’a pas battu une fois seulement, mais deux : Rome 2017, Madrid 2018. Il a la résistance physique pour aller dans ce combat, il a la puissance de coup droit comme de revers, il a le jeu de terrien.

Oui, on connaît l’équation coup droit de Nadal sur revers à une main adverse mais le revers de Thiem est un revers à une main de bûcheron. Et l’Autrichien de 24 ans y croit, ce qui n’est déjà pas rien quand on voit un Del Potro qui y a cru tout juste avant le match et à peine un set pendant.

"J’ai un plan, je vais espérer que ce qui a fonctionné à Rome et Madrid, remarche à Paris. Et la pression, elle ne sera pas sur mes épaules. En plus ça va m’aider de l’avoir déjà affronté deux fois ici." Même si à chaque fois, en 2014 et en 2017, il a été largement dominé ? La saison passée, il avait même pris un 6-0 dans le troisième set de leur demi-finale… Mais une chose est certaine, celui qui vise à être le deuxième Autrichien tiré en Grand Chelem depuis Thomas Muster en 1995 n’a jamais été aussi fort aussi constant que cette saison.

S’il gagne, ce sera aussi le premier triomphe en Grand Chelem de la jeune garde du tennis mondial. A défaut d’exiger de Thiem un exploit, on va lui demander d’assurer tout de même un peu de résistance histoire de mettre fin à l’ennui qui règne dans ce tableau masculin.