Tennis

L'Espagnol Rafael Nadal a gardé le bon rythme pour franchir le deuxième tour de l'Open d'Australie en trois sets 6-3, 6-4, 7-6 (7/4) aux dépens de l'Argentin Leonardo Mayer, 52e mondial, mercredi à Melbourne.

Le N.1 mondial n'a eu qu'un petit contretemps, lorsqu'il s'est fait breaker en servant pour le match à 5-4. Et encore n'est-il pas de son fait. "Je n'ai pas perdu ce service parce que j'étais nerveux. C'est lui qui a sorti un grand jeu, en mettant tous les retours dedans", a-t-il expliqué.

Avant cela, les spectateurs de la Rod Laver Arena avaient vu du grand Nadal: 40 coups gagnants pour seulement 10 fautes directes.

"C'est une victoire importante pour moi car Leonardo est un adversaire difficile. Il tape très fort dans la balle, on l'a vu dans les derniers jeux. Il a fallu que je réussisse de grands coups dans le tie-break", a-t-il dit. Au troisième tour, le Majorquin affrontera le Bosnien Damir Dzumhur, 30e à l'ATP.

Tsonga se tire d'un mauvais pas face à Shapovalov

Jo-Wilfried Tsonga s'est tiré d'un mauvais pas face au jeune Canadien Denis Shapovalov et s'est qualifié pour le troisième tour de l'Open d'Australie en cinq sets 3-6, 6-3, 1-6, 7-6 (7/4), 7-5 mercredi à Melbourne.

Le Canadien, âgé de 18 ans, a servi pour le match à 5-3 dans la dernière manche avant de craquer. Le Français a pris sa revanche sur sa défaite contre le même adversaire au dernier US Open. Tsonga, 32 ans, a souvent été dominé dans l'échange par la fougue de Shapovalov, 50e mondial, l'un des meilleurs espoirs du circuit, mais il a su s'accrocher et hausser son niveau de jeu dans les moments les plus importants.

"Je suis fatigué mais très content, j'ai fait un gros combat. Ce n'est pas facile de jouer contre ces jeunes qui jouent si bien. Ils prennent leur chance. C'est difficile pour moi de jouer en défense. D'habitude, je suis plutôt dans le court", a commenté le Manceau, qui a révélé avoir été gêné par un mollet. "J'ai beaucoup souffert physiquement, c'était dur de rester concentré dans ma tête, j'étais plutôt concentré sur mon mollet. Il va falloir que je fasse un bain froid", a-t-il dit au speaker de la Margaret Court Arena.

Il aura besoin de tous ses moyens pour affronter au prochain tour peut-être l'Australien Nick Kyrgios, 17e mondial, qui devait affronter mercredi le Serbe Viktor Troicki.

La Danoise Caroline Wozniacki, 2e mondiale, a dû retourner une situation encore plus compromise. Elle a sauvé deux balles de match devant la Croate Jana Fett, finalement battue en trois sets 3-6, 6-2, 7-5. Wozniacki était menée 5 à 1 et 40-15 dans le dernier set avant de réussir une formidable remontée. 

Gilles Simon n'a pas pu défendre ses chances à cause d'une blessure à la cuisse. Il a été contraint à l'abandon face à l'Espagnol Pablo Carreño, 11e mondial, qui menait 6-2, 3-0.

"J'ai essayé de faire ce que j'ai pu mais ça n'avait plus de sens de continuer, la douleur était difficilement supportable", a dit Simon, 57e à l'ATP qui souffre du quadriceps et de l'adducteur.