Tennis

Une Allemande chasse l'autre. Andrea Petkovic (WTA 95) sera la prochaine adversaire de Yanina Wickmayer (WTA 101) après la victoire de l'Anversoise lundi contre Mona Barthel (WTA 118). 

La native de Tuzla, en Bosnie-Herzégovine, est toujours là à 30 ans après avoir galéré en raison de problèmes au genou, au dos et à la cheville, alors qu'elle avait réussi à intégrer le Top 10 en 2011. Elle l'a montré en battant la Chinoise Zhang Shuai (WTA 31) 6-4, 4-6, 6-2.

"Ce n'était pas une prestation de classe mondiale, mais mon niveau moyen est heureusement meilleur que celui d'il y a un ou deux ans", estime-t-elle. "Entre-temps, la tendance se poursuit que j'élimine une tête de série au premier tour d'un tournoi du Grand Chelem, puisqu'elle était 31e ici (ndlR : Petkovic avait déjà fait le coup contre Petra Kvitova à Melbourne, et à Roland Garros face à la Française Kristina Mladenovic). Je suis donc satisfaite. Je suis également moins stressée qu'avant lorsque les choses ne tournent pas bien, car j'ai des plans B, C et D, principalement au service et en retour..."

Il s'agira de la troisième confrontation entre Yanina Wickmayer et Andrea Petkovic, qui se sont déjà rencontrées sur herbe, au tournoi de Rosmalen en 2014. À l'époque, Petko, comme on la surnomme, s'était imposée 6-2, 6-4. Pourtant, le gazon est loin d'être sa surface de prédilection.

"Ma relation avec le gazon n'est pas celle d'un coup de foudre. Lorsque je joue sur dur, je me sens d'emblée à l'aise. Sur terre battue, il me faut deux jours", raconte Petko, dont le meilleur résultat en Grand Chelem fut une demi-finale à Roland Garros en 2014. "Sur gazon, c'est une autre histoire. Mais bon, parfois l'amour, cela doit se travailler", sourit-elle.

"Je sais que Wickmayer sert bien et qu'elle a un très bon revers à deux mains, qui fuse, ce qui aide sur gazon. Elle a battu Mona. Ce ne sera donc pas un match facile, mais je vais tâcher de trouver un moyen de le gagner..."