Tennis

Lucas Pouille l’attend au premier tour. Mené 4-1 dans la seconde manche, Ruben Bemelmans a encore fait preuve cette semaine d’une belle force mentale pour renverser la situation et s’imposer (6-4,6-4) face au Coréen Duckhee Lee.

Très convaincant à la bagarre depuis son premier match à Melbourne, l’actuel 119e joueur mondial ne s’attarde pourtant pas trop sur ces questions de niveau de jeu. "La manière, je m’en fous ! Il fallait juste me qualifier. Si c’est avec du tennis dégueulasse, c’est comme ça. Le plus important est de faire des résultats. Aujourd’hui c’était difficile de jouer du bon tennis avec le vent mais tactiquement j’ai bien joué. Il ne servait pas super fort donc j’étais à chaque fois dans l’échange et j’ai su en tirer avantage."

Dimanche, jour de ses trente ans, Bemelmans s’est tout de même offert un joli cadeau avec une qualification qu’il ne prend pas comme étant anecdotique. "Se qualifier pour un tournoi du Grand Chelem reste quand même spécial. Surtout après trois matchs assez durs, surtout les deux premiers. Ce sont des émotions de fou quand tu te qualifies, c’est sûr."

Pas de décompression à attendre de lui avant le premier tour, et pas non plus de fête d’anniversaire en vue tout de suite. "Il n’y aura pas de fête avant que j’aie perdu !"

Premier match officiel pour Lucas Pouille

Quant à la fatigue, elle ne devrait pas non plus jouer un rôle lors de son entrée en lice dans le grand tableau : "Non, il ne devrait pas y avoir de fatigue en arrivant sur ce premier match. Physiquement je suis très bien, j’ai bien récupéré et là je pense que c’était plutôt dur mentalement avec le stress. Aucun souci pour le premier tour. En décembre je n’ai pas fait beaucoup de tennis, surtout du physique donc je me sens très fit. Après la Coupe Davis je n’ai pas touché de raquette pendant deux semaines."

C’est la troisième fois qu’il se qualifie pour l’Open d’Australie, situation toujours délicate mais que Bemelmans a appris à négocier. "J’ai montré déjà dans les autres tournois du Grand Chelem que j’ai le niveau, mais malheureusement, à la fin de la saison passée, je n’ai pas fait les résultats nécessaires pour être au tableau directement. Pour moi, parfois, c’est même bien de faire les qualifications, parce que tu as des matchs dans les jambes, tu t’es déjà adapté à la vitesse de la surface, aux conditions."

Il a hérité de Lucas Pouille et pourra peut-être exploiter le fait que le nouveau protégé de Tommy Haas n’a pas encore joué de match officiel cette saison.