Tennis

Steve Darcis et Dominique Monami jugent les règles du Masters Next Gen.

Du 7 au 11 novembre se tiendra à Milan la première édition des Masters Next Gen . Ce tournoi de fin de saison qui verra les huit meilleurs joueurs de moins de 21 ans en découdre servira surtout de laboratoire pour l’ATP qui va tester de nouvelles règles (voir par ailleurs) à cette occasion. Mise sous pression par les chaînes de télévision et par un certain lobby venu des USA pour rendre les matchs de tennis moins longs et plus rythmés, l’instance dirigeante du tennis professionnel masculin sait qu’elle ne pourra pas, dans un avenir proche, bouleverser d’un simple revers de la main le monde de la petite balle jaune. Surtout que du côté de l’Europe, le conservatisme est de mise…

Avec ces modifications, l’ATP espère une "atmosphère détendue et attrayante pour le public, tout en créant un produit avec un rythme soutenu et attirant pour les télévisions. Le but étant de fidéliser de nouveaux fans plus jeunes tout en conservant les fans historiques".

Mais selon ses propres dires, l’ATP demeure "bien consciente de l’importance des traditions dans son sport" , a assuré son président Chris Kermode. "Nous veillerons à sauvegarder l’intégrité de notre produit lorsque nous déciderons si ces changements seront mis en place lors de futurs tournois ATP".

Pour juger de la pertinence de ces nouvelles règles, nous avons formé une paire de mixte inédite avec deux figures marquantes du tennis belge.

Au service Dominique Monami, ancienne neuvième mondiale et actuelle capitaine de notre équipe de Fed Cup . Au filet, Steve Darcis, actuellement 56e au classement ATP et qui donne le ton dès les premiers échanges. "Je trouve que le tennis actuel fonctionne bien. Il ne faut pas chercher à vouloir tout changer. Parfois, j’ai l’impression qu’on veut faire de nous des robots sans aucun sentiment. Sur un terrain, on ne peut plus s’énerver ou jurer un bon coup pour extérioriser ses frustrations sans prendre des amendes."

Des sets de 4 jeux: "Une demande des télévisions"

Le match se jouerait en trois sets gagnants (donc maximum cinq sets) de quatre jeux avec un tie-break à 3-3. Ce qui donnerait des sets plus courts mais au final un nombre total de jeux à gagner équivalent (12) pour remporter le match.

Steve Darcis : "Cela ne me choque pas mais sportivement je ne vois pas ce que cela apporterait au tennis. Les sets seraient plus vite conclus. J’imagine que ce format intéresse plus les télévisions que le format actuel."

Dominique Monami : "Cela existe… chez les enfants. Mais pour les adultes, je ne suis vraiment pas pour. Ce serait un changement trop radical par rapport à la tradition des sets à six jeux gagnants avec un tie-break à 6-6. Je n’ai pas l’impression que cela apporterait grand-chose au tennis."


Un seul temps mort médical : "Ne pas jouer avec la santé des joueurs"

Lors d’un match, les joueurs ne pourraient plus utiliser qu’un seul temps mort médical…

Steve Darcis : "Je suis contre cette mesure.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.