Tennis

Maxime Braeckman, son coach, voit Flipkens encore grimper

MELBOURNE Il est le nouvel homme dans la vie de Kirsten Flipkens... Maxime Braeckman est en effet le nouveau coach de la petite Campinoise. Entraîneur au sein de la nouvelle académie de Kim Clijsters, le Gantois de 27 ans travaille avec elle depuis le 1er décembre. Entretien.

Maxime, rien ne semble arrêter Kirsten ces derniers temps. Quel est son secret ?

“Je ne sais pas, si ce n’est qu’elle joue très bien. Kirsten est à la fois motivée et détendue. Elle prépare bien ses matches et ea beaucoup de confiance. Elle a bien entamé l’année. C’est un peu comme une boule de neige qui continue à dévaler une pente. Cela fait plaisir...”

C’est une joueuse aussi qui, à la base, a beaucoup de talent…

“Oui. Et elle a beaucoup bossé à partir de la fin novembre pour devenir notamment plus forte physiquement. Là, elle en recueille les dividendes. C’est chouette que tout cela vient vite, mais elle le mérite.”

Jusqu’au peut-elle aller ?

“C’est très difficile à dire. Cela dépend de tellement de paramètres...”

Intrinsèquement, quel est son niveau ? Elle a beaucoup de toucher, ce que peu de filles ont sur le circuit…

“Oui, c’est vrai. C’est un énorme atout. Elle a un jeu pour embêter un grand nombre d’adversaires. Là, elle va être 40e mondiale. Il faut profiter des bons moments et on verra...”

La voir un jour dans le Top 20, ce ne serait pas choquant...

“Un choc, non. Sûrement pas. C’est déjà terriblement chouette qu’elle ait intégré le Top 50. Et avec ce qu’elle réalise ici à Melbourne, elle va encore grimper. Cela va lui donner encore plus confiance en elle et comme elle n’a pas trop de points à défendre prochainement, qui sait ?”

Vous avez voyagé précédemment avec Malisse sur le circuit masculin. Quelles sont les différences ?

“En ce qui me concerne, cela reste plus ou moins le même job. La seule chose, c’est que chez les filles, il y a plus d’émotions. Elles peuvent buter sur des détails. Maintenant, je suis ravi de travailler avec Kirsten. C’est une fille qui n’est pas difficile, elle sait exactement ce qu’elle doit faire et je la trouve très professionnelle.”

Les filles sont plus consciencieuses que les garçons…

“On n’aura plus jamais un talent comme Xavier. C’est un joueur extraordinaire. J’ai, pour ma part, toujours eu l’impression qu’il pouvait faire un peu plus et que cela lui aurait permis d’être encore plus fort, mais c’était sa manière de fonctionner. Et s’il le sentait comme ça, il faut la respecter. Cela ne l’a tout de même pas empêché de faire des résultats et une très belle carrière...”



© La Dernière Heure 2013