Wickmayer passe à 3 points des 8e (2-6, 7-6, 7-5)

Aurélie Herman Publié le - Mis à jour le

Tennis

Après un début de match canon, Wickmayer n'a pu continuer sur sa lancée. Malgré de nombreuses occasions de prendre un avantage décisif, la Belge s'est laissé remonter par une guerrière venue d'Autriche

LONDRES Elle est venue, elle y a cru mais a été vaincue. Yanina Wickmayer a laissé Kim Clijsters porter seule les couleurs de la Belgique à Wimbledon. La faute à un nombre incalculable de balles de break non converties. Et à une adversaire au moral d'acier. Tamira Paszek n'est en effet pas la dernière des clientes sur gazon. Quart de finaliste à Wimbledon en 2011, l'Autrichienne venait en outre de triompher à Eastbourne en battant Kerber en finale. Pas mal. Mais après les exploits de « Wicky » depuis le début du tournoi (notamment une très belle victoire sur Kuznetsova au premier tour), on était en droit d'y croire. Après tout, seule une petite place séparait Paszek, 37e à la WTA, de Yanina, 36e.

Le public belge est d'autant plus confiant que dans le premier set, il n'y a qu'une seule joueuse sur le terrain. Efficace au service, la Belge varie parfaitement son jeu et fait parler la poudre en coup droit. Côté autrichien, on est dans les cordes. En 34 minutes, Wickmayer mène déjà 6-2 avec la manière. Changement de physionomie dans le début de la 2e manche. Remontée à bloc, Paszek mène rapidement 3-0. Nettement plus en jambes, elle réussit tout ce qu'elle manquait dans le premier set. Les coups sont plus puissants, plus précis. Souvent prise de vitesse, Wickmayer ne peut rien faire. Elle s'accroche malgré tout et à 6-5 en sa faveur, on se dit que le plus difficile est fait pour pour la Lierroise. Elle passe même à 3 petits points d'un 8e de finale. Mais l'on connaît maintenant les qualités de combattante de Tamira, déjà vues lors de son match face à l'ancienne n°1 mondiale Caroline Wozniacki. Jamais vaincue, elle se bat elle aussi et accroche le tie-break. Un jeu décisif rondement mené et remporté 7-4. Un set partout, tout est à refaire pour Yanina.

I want to break free

Le 3e set voit débuter le... bal des breaks. Aucune des deux joueuses ne semble capable d'imposer son service. A ce petit jeu, c'est Paszek qui s'en sort le mieux. Sur 6 balles de breaks, elle en convertit 4. La Belge n'en remportera que 3 sur 7: insuffisant quand on n'arrive pas à tenir sa propre mise en jeu. A 5-5, Yanina obtient une ultime opportunité de reprendre le service de son adversaire. Mais une nouvelle fois, c'est Tamira qui empoche le jeu. Au bout d'un dernier set de plus d'une heure, Wickmayer craque. Une frappe dans le filet conclut un combat âpre, plaisant à regarder mais au dénouement cruel pour la Belge. Une empoignade de 2h40 où la plus réaliste a triomphé.

Dommage pour Yanina, qui espérait accompagner Xavier Malisse en 2e semaine et rééditer sa performance de 2011. Tant mieux pour Paszek, une puncheuse qui retrouvera Mirjana Lucic ou Roberta Vinci (tête de série n°21) au tour suivant. Vous avez dit râlant ?

Publicité clickBoxBanner